samedi 1 janvier 2011

Le salon est ici


Bonjour et bienvenue, amis lecteurs.

Voici un  salon ouvert le 15 octobre 2011 et rénové le 10 janvier 2012. Entrez et prenez vos aises: nous sommes entre amis.

Les commentaires du précédent salon sont accessibles par ce lien.

Pour passer d'une page à l'autre du salon, utiliser les liens suivants.
24.7 au 8.8.2011    8.8 au 29.8    29.8 au 3.10    3.10 au 10.10    10.10 au 6.11    6.11 au 26.11    26.11.2011 au 2.1.2012
2.1 au 11.1.2012    à partir du 12.1

1 476 commentaires:

«Les plus anciens   ‹Précédent   1001 – 1200 sur 1476   Suivant›   Les plus récents»
Philippe Renève a dit…

Nous voilà à 1000 commentaires sur ce salon; que de papotages !

Rocla a dit…

Groupire :

verbe du deuxième groupe , commençant par un groupement et se terminant en ire comme le verbe bien sire dérivé de bien entendu lui-même sorti tout droit du verbe acquiescir . On a , par transformation du langage et évolution de la société dans l' ancienne Normandie ( voir l' excellent texte rififi poitevin ) une continuité dans ce qui est décrit , un mot ou une attitude inversement proportionnelle à l' usage domestique en cours augmenté d'un manque complet d' humour suite sans doute à coliques frénétiques intenses avec rétrécissement des organes correspondants , on a la même situation . Le soir d' un arrosage trop important par rapport à la capacité d' absorption le propriétaire du champ à gauche de la barrière a décrété qu' il est urgent d' exclure le mouton noir ayant penchant à penser à sa façon . Depuis
le verber groupir s' est transformé peu à peu en moisire vomire pourrire glapire avachire déblatire mentire , le fils du père s' il est surpris entrain conter fleurette à la fille du champ opposé est condamné aux travaux forcé , Cayenne Guyanne pendant le temps necessaire au pourrissement complet de la situation .

Faisant usage de beaucoup de mots employés en politique pour que le monde change dans la bonne direction on constate la différence entre la posture et la réalité .

Un seule fois il sera employé un verbe conjugué dans le meilleurs de sa forme . C 'est le verbe peine à jouir .

The show must go around the clock comme disait Bill Halley et sa comète .

Joyeux lundir à tous .

emile red a dit…

Ah !

Les trompettes de la renommée...

Sans rire, c'est qui ce Michéa ? Le Ribery de la philosohie ? Et puis tout Ribery a sa Zahia et présentement, il y a de clownesques Zahia.

J'aimerai comprendre, un jour, quelle est l'optique d'un type (et de ses domestiques) qui se dit appartenir d'un côté à tout un courant politique et de l'autre ne savoir qu'en faire son unique sujet de critique.

Il y a comme une sorte d'auto flagellation à s'admonester en permanence dans une comparaison où l'adversaire serait pardonnable de toute incartade parce qu'il aurait toute légitimité, en tant qu'ennemi, à tout se permettre et l'allié un fantoche maniant la démagogie, comme nul autre, pour d'obscurs intérêts cachés au profit de mille séditions inavouables.

C'est du même acabit que ces vieux instituteurs qui n'acceptent rien de leurs propres enfants quand ils tolèrent les plus grandes humiliations des enfants d'autres ou de ses pères qui répercutent sur leur famille toutes les brimades accumulées au travail.

On ne peut sans cesse adopter une posture de voyeur moraliste sans au minimum s'impliquer activement dans la construction positive de son idéal, l'utopie n'est pas un vain mot qui n'aurait que son unique sens littéral libérant ainsi le porteur de toute contrainte.

Ces gens figés dans la marge et qui se prétendent observateurs critiques sont comme une espèce de sangsue qui absorberait en silence le bienfait du nourrissement collectif et beuglerait au moindre inévitable embarras, ces contempteurs sont les gardiens d'un temple illusoire qui n'a comme seule ressource la perfection démobilisatrice et s'offrent insidieusement une identité au delà des dogmes qu'ils vénèrent pourtant plus que tous.


"Juger, c'est de toute évidence ne pas comprendre puisque, si l'on comprenait, on ne pourrait pas juger." [André Malraux]
.

emile red a dit…

Cap ?

"...surpris entrain conter fleurette à la fille Duchamp"

Celle de Marcel dans ses non toilettes qui seraient un non vase pour les non fleurettes de sa non fille ?

Je comprends la complication intestinale de la colique Nefertitique, désormais.
N'est pas phare à On qui veut, con peut-être...

Rocla a dit…

Ben oui Emile , à cette époque on vivait en vase clos ...:-))

Philippe Renève a dit…

Rocla,

Merci de ce commentaire époustouriffant de lexicologie analyticoticocritique. Le verbe groupir est maintenant bien défini, et ses pratiquants, nos groupies à nous, délicieusement bien (dis)qualifiés.

Philippe Renève a dit…

Emile,

C'est étonnant comme quelqu'un comme Michéa, qui paraît de prime abord intéressant, révèle ses travers (je n'ajouterai pas de porc, non, je ne pratique pas ce genre de chose, moi...) et ses vraies pensées par des petites phrases, des incises discrètes mais révélatrices.

A moins que les commentaires et les extraits qu'on lit sur lui ne soient trompeurs. C'est une éventualité qu'on ne peut écarter.

emile red a dit…

Dix, comme tu y vas... un seul qui se plique et se réplique du genre qu'on clone ou con clown...

Quant à la déliciosité, elle me semble peu gouteuse, hors la famille des condiments dont on use avec volupté, le con qui ment est de ces tribus qui râpent à fromage et sentent des pieds panés...

D'ailleurs ne dit-on pas d'apocryphe gens bons n'être que cochons qui s'en dédient...

emile red a dit…

Philippe,

Un adepte du football ne peut que mieux réfléchir avec ses pieds plutôt qu'avec sa tête, et ses supporters lorsqu'ils se comportent en malotrus ne peuvent être qu'hooligans...

Et l'histoire des sorties de contexte c'est l'excuse des sorties de boîtes, je voulais pas conduire monsieur l'agent, on m'y a forcé.

Une chose qui est dite par X ne peut être excusée par cette sortie de contexte quand on passe sa vie à extraire une moelle ignoble des paragraphes de gens qu'on n'apprécie pas.

Il n'y a pas d'un côté le bon zouave qui est spolié de sa réflexion et le mauvais zouave qu'on peut triturer à lui faire dire le contraire de ce qu'il dit, ce qu'on appelle la pensée carrée ou l'insensé de la caricature délétère.

Rocla a dit…

Le bon zouave du pont alma dit , puting cong hier avec toute la pluie j' avais de l' eau jusqu' aux genoux , auhourd'hui je dérouille j' ai de l' eau jusques en haut ....des rotules ...

Philippe Renève a dit…

Ce n'est pas une surprise, mais notons quand même que d'après les annonces de Fillon, le plan d'austérité qu'il a décidé frappera en premier lieu les moins aisés, tandis que les Dassaubollobouygarnault ne verront guère leurs fortunes écornées.

Anonyme a dit…

Il n'y a qu'une solution pour savoir si les extraits et commentaires qu'on lit sur Michéa ici ou ailleurs sont trompeurs, c'est de le lire. Mais apparemment c'est un effort trop considérable pour vous...

Philippe Renève a dit…

Ah quel bel anonymat que celui qui permet l'attaque sans le courage.

M. ou Mme l'anonyme de 14h56, nous ne discutons ici qu'avec des interlocuteurs qui ont l'élémentaire politesse de se présenter ou de remplacer les présentations par la courtoisie.

Anonyme a dit…

Hors sujet.

Philippe Renève a dit…

Il n'y a pas à répondre à ce genre d'agression; nous choisissons nos sujets sans avoir besoin qu'un anonyme nous en fournisse.

Dites-vous bien qu'en d'autres lieux vos commentaires seraient censurés séance tenante.

emile red a dit…

Du paradoxe au paracétamol...

Mon tit esprit embrumé me fait confusionner la lecture de l’œuvre à la lecture de l'ouvrier.

Voilà qu'un sous-amiral de la marine à volière nous hèle de sa cape d'épais pour nous intimer un ordruscule, sous peine de poursuite amendable à mandat d'Amanda, de lire tire-lire et dare-dare...

Le temps est cher, cher, et nous vous offrons de plein droit, et de pain gauche pour qu'il n'y ait de jaloux, la place de lectitateur du livron que vous lusâtes, ce ne sera point d'exclamation difficile puisque déjà lu, lu ?

Ainsi la proposition, faite, il ne vous restaurant chinois qu'à nous moudre l'ouvrage en bandelettes seyantes grillées sur le dessus d'un résumé qui n'omertera rien du passé présent et revenir du piaffant calligraphe.

Veuillez cher Âne ô Nyme recevoir dans le fondement l'expression d'une footitude hyper réalistique et néammoins virtuelle à l'heure de la soupe.

Ps : l'acoquinage n'est pas un moyen sérieux pour se maintenir à la surface, choisissez donc la brasse pilée et sans faux col...

Rocla a dit…

Dis donc , entre les corbeaux , les cousins péteurs et le grand malade de la mère Gül au Malade Bleu et les distingués professeurs Mesdeux parlant racaille comme ils parleraient passe moi le sel je te passe le poivre , nous sommes servis en élévation spirituelle niveau caniveau de ceux qui tapinent le long des trottoirs laissant écouler dans les égouts prévus à cet effet le mal de vivre dont ils se départissent à coups d' obscénités mal construites .

Alors qu' ils croivent ( du verbe croivir ) qu' ils sont intelligents ( du verbe je comprends la vie )

emile red a dit…

Ah oui, petit oubli pour l’Âne vermine,

Michéa est un con... et qui aux rats semblent se rassemblent...

Point et bar à mine de crayon, petipatapon.

Philippe Renève a dit…

C'est curieux comme certains croient que l'intelligence dans la conversation passe par l'agression, l'insulte et le mépris.
Ils s'arment du culot des lâches, attaquent anonymement, et sont satisfaits de leur belle et grande action.
Des ratés, des aigris, qui n'ont plus que les illusions d'internet pour se faire entendre, faute de l'honnêteté et de la modestie nécessaires à une discussion normale.

emile red a dit…

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
Et la mer est amère, et l'amour est amer,
L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,
Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux, qu'il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau
Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

Pierre de Marbeuf

Philippe Renève a dit…

Emile, je ne suis pas sûr que Michéa soit un con. Mais d'autres se chargent de sa réputation.

emile red a dit…

Allons, allons, un peu de douceur dans ce monde de crutes qui cavent comme crotin crop fait.

Hier sans nom ils postaient,
Pourquoi aujourd'hui changeraient ?
La médiocrité se dévoile avec l'age,
Il n'y a fausseté qui ne passe et surnage
Leur seul nom sournois les trahit
Quand devant les hommes ils sourient
Triste et gluant funambule mérite corde
D'avoir agi caché en la plus vile horde
Il n'y a de pardon qu'homme délivre
A celui qui dénonce, indique et livre.

Philippe Renève a dit…

Hélas mon bon Emile, tous ces vieux croûtons,
Loin de s'épanouir dans la pensée charmante
Et la fleurette contée aux douces margotons,
Remâchent sans dentiers la haine qui les hante.

L'envie des médiocres et la douleur des ratés
Sont les seules ardeurs qui les prennent encor.
Il faut pour la chanson de ces ânes bâtés
Que le braiement du chef soit un subtil accord.

Rocla a dit…

Braiement :

Manière de débiter par la braguette des mots en forme de pis-aller .

Philippe Renève a dit…

Bien entendu, on ne commentera pas ce geste de Mme Kosciusko-Morizet.
D'autant qu'elle parlait peut-être de Not'Maître Sarkozy ?

emile red a dit…

Le pis nâcle et renâcle quand la fermeture est clair et le plateau d'Anna, tôt, lit.

Interlude

Il paraîtrait que le fait de poser son postérieur sur une chaise serait cancéro(i?)gène...

Je pose donc la question :

Sera-ce quand Je m'assiérai,
- - - - - - - Je m'asseyerai,
- - - - - - - Je m'asseoirai,
- - - - - - - Je m'assoirai, ou une fois au Quebéc,
- - - - - - - Je m'assirai ?

Soit une bonne soirée de soie en Ré, soyons soyeux et allons nous coucher... Fatigue...

emile red a dit…

Lol Philippe...

Autre sujet, le père Fion qui annonce le gel des salaires ministériels...

Sauf que les salaires de nos zélés non zélus sont indexés sur les salaires des fonctionnaires gelés depuis déjà deux ans.

emile red a dit…

Autre arnaque passée inaperçue...

Les prestations sociales ne seront plus indexées sur l'inflation mais sur la croissance... ou comment faire baisser les revenus en catimini...

Anonyme a dit…

A force d'être citée, sans l'avoir demandé,
Par un duo de siphonné et leur cour sirupeuse,
Fière de son nom et de son petit nez,
Messieurs je vous emm.

Vous choisissez : Monique, Momo, Ardèche.

Nonobstant, Monique Peyron étant mon vrai nom, à la prochaine citation, vous verrez.

emile red a dit…

Deux semaines sans visiter leur fétide torchon et voilà que nos ineffables voisins font dans la salade niçoise putrescente, pourquoi changer de cap.

Ceux là qui prétendent défendre la liberté d'expression, ceux là qui s'élèvent pour défendre le droit au blasphème sont bien les piètres adeptes de leurs propres théories.

A lire on peut, on doit, dire que Mahomet est un con, et certainement qu'il l'est, mais affirmer que Michéa le serait également, chez nos olibrius, ne passe pas, il y aurait donc un droit de blasphème en diagonale, et chaque déférence ne se vaudrait pas.

Il y a quelque chose de pathétique à voir de pauvres hères se démener à dissimuler les ravages du temps, mais venir faire le procès de la liberté pour tenter de nous vouer aux gémonies relève d'un syndrome plus profond, d'une déficience d'entendement ou, plus grave, d'une malhonnêteté sans borne

Pis encore est cette attitude pitoyable à nous accuser de tous ces maux qui les rongent, nous serions les promoteurs d'un site honni, quand ils se complaisent à promouvoir la fange, nous fréquenterions une populace méprisable, quand ils s'allient sans aucun discernement, nous ne jouirions pas de notre libre arbitre, quand ils flattent la tyrannie, nous serions versatiles, quand ils sont encore à interroger Robert sur la diversité.

Mais le comble dans cette misérable entreprise acrimonieuse réside dans cette condescendance paternaliste, dans cette morgue mièvre, dans cette incapacité à surmonter leurs instincts viciés ; de l'insulte abjecte au propos pervers, de l'insinuation scabreuse à la volonté de blesser, de l'indigence éludée au raisonnement le plus creux, ils étalent leur catalogue d'inhumanité servile, ils affichent leurs inadaptation à ce monde moderne, ils répandent cette nostalgie d'impuissance qui nourrit leurs mesquins regrets, et ils revendiquent, ils protestent, ils geignent, telles de minuscules fripouilles, ils interprètent, ils calomnient, ils agressent.

Calamiteuse démonstration de l'insignifiance décrépie, même les racailles compatiraient s'il régnait dans ce lisier un soupçon de conscience, une pincée de raison, une goutte de sagesse...

Malgré tout, il y a une morale à ce constat pitoyable, notre liberté n'est jamais acquise, il se trouve toujours un charlatan, si médiocre soit-il, prêt à vouloir nous la confisquer pour ne pas avoir su conserver la sienne, jalousie sénile.

Pour en finir avec ce modeste factum, je me dois d'éclairer une inepte et myope crapule en lui concédant mon identité à ce démiurge de pacotille.
Qui suis-je donc pour dire que Michéa ou Mahomet et, par plaisir de l'art, Marx ou toutes vos idoles sont des cons ?
Je suis ce que vous ne pouvez entendre, un homme libre...

Philippe Renève a dit…

Monique, Emile,

Tout cela est bien insignifiant; n'oublions pas le peu d'intérêt que présentent les gens en question. Ils n'ont pas d'idées, ils n'ont que des certitudes et la discussion pour eux ne se conçoit qu'avec des gens de leur avis, les autres étant méprisés et insultés.

Je te rejoins tout à fait, Emile, pour affirmer haut et fort que nous n'avons, en tant qu'individus libres, de comptes à rendre à personne, et surtout pas à des ratés qui se permettent de critiquer nos écrits alors qu'ils sont incapables sur la forme du moindre style et sur le fond de la moindre honnêteté.

Foehn a dit…

Michea Ribery de la philosophie !

Red joua malicieusement de l' intérêt prononcé de Michea pour le foot ball, ce qui fut très mal interprété par un commentateur si remonté sous l'outrage qu'il se laissa alors voir comme le Ribery de Red.

Les maladies du tiers monde ne prêtent certes pas à rire, on ne pouvait souhaiter un petit article sur le beriberi! juste pour montrer qu'il perdure un restant du sens de l'humour au club de la "common decency".
On y a donc échappé .Va pour le paludisme (no comment ).

Pour l' heure on en est à la "common hate" et très indecently.

Philippe Renève a dit…

Bonjour Foehn et bienvenue
Tout cela est assez navrant.

emile red a dit…

Enfin de l'air, du vent...

Philippe Renève a dit…

Les ministres de Sarkozy ont une curieuse conception de la démocratie: quand leurs adversaires remportent des élections, c'est par "effraction".

Il règne une forte odeur de fin de... règne.

Philippe Renève a dit…

En suite à mon commentaire de 13h22, j'ajoute que la meilleure preuve en est qu'ils ne peuvent être pertinents autrement que par des emprunts de citations – grossières de préférence.

Rocla a dit…

La création , la génération d' idées originales , un oeil non pollué aux doctrines obsolètes , un esprit ouvert à la vie et non aux théories emberlificotées de penseurs à la con qui depuis 10000 ans ont démontré leur inefficacité serait gage de progrès .

Dans certains endroits ils en sont à se demander si la lutte des classes est adaptée à l' an 2011 alors que pendant ce temps les Chinois sont en train de niquer le monde entier et vont se retrouver aussi bêtes qu' eux lorsqu' ils s' apercevront que l' argent ne se mange pas .

Réfléchir demande plus que cinq minutes chrono .

La pastèquation des pastèques , la famille de Gül , le Grand Bleu et des trucs du genre démontre une avérée maladie mentale découlant vers un déficit intellectuel dont on peut lire au fur et à mesure des interventions la déliquescence de celui qui prononce les mots en question .

Pitié pour les handicapés .

emile red a dit…

Philippe,

Baroin est dans la ligne tracée depuis quelques mois par l'UMP, barre à droite toute, ploutocratie, matraquage médiatique calomnieux et posture anti référendaire.

Une saillie en plus ou en moins n'est qu'un avatar d'une bête aux abois, et tant mieux, on ne peut continuer à voir tout le tissu économique et social se détruire au nom de la préservation de privilèges et de privilégiés.

Jamais et nulle part une oligarchie ne s'est enracinée autrement que par la force et dans tous les cas elle s'est délitée par l'exaspération et la pression populaire, celle-ci n’échappera pas à la règle, tôt ou tard.

On ne peut se déclarer porteur d'un message démocratique en s’asseyant dessus...

Philippe Renève a dit…

... surtout sans fondement.

Bien d'accord, Emile: une oligarchie ploutocratique. Les mots sont un peu lourds mais moins que ces valets des ultranantis, arrivés au pouvoir pour servir leurs maîtres et tenter de leur ressembler.

L'Histoire retiendra de cette présidence Sarkozy un parfait exemple de pouvoir politique aux ordres, qui aura baissé les impôts des riches et augmenté ceux des autres, en creusant les déficits pour satisfaire ses patrons.

Philippe Renève a dit…

J'avais commis en mai 2008 un pamphlet sur la situation de Sarkozy; il est plus que jamais d'actualité: Beaumarchais ou Marivaux ?

Philippe Renève a dit…

Qui a dit que les loups ne se mangent pas entre eux ? Ils le font bien, quand les proies manquent...

emile red a dit…

Quand le politique n'est pas au service du citoyen...
Quand le politique pense sa fonction comme un métier...
Quand le politique n'est sous aucun contrôle...
Quand le politique se considère au dessus de l'autorité du peuple... au dessus des lois... au dessus des conventions...

Le politique devient l'ennemi à abattre, et ça vaut pour les politiques entre eux... Qu'ils s'éradiquent mutuellement, personne ne les plaindra...

emile red a dit…

Il y a des jours où certains évènements rendent guilleret...

Dire qu'ils voulaient, il y a peu encore, multiplier les fichiers en minimisant le préjudiciable de leur portée.

Il est vrai qu'un téléphone qui sonne sans arrêt, une boîte mail saturée ou quelques quolibets bien sentis ne sont en rien dérangeants, n'imaginons pas les nuisances si ces fichiers avaient contenu des données beaucoup plus sensibles ou personnelles.

Ce sont ces mêmes troublions naïfs qui, ne connaissant rien au monde informatique, ne voulant rien entendre, ont pondu des lois imbéciles comme hadopi...

Qui l'eut cru, certains de la droite populaire en appellent même à la guillotine(écouter à partir de 38:10), propos mesurés bien sûr....

Philippe Renève a dit…

C'est le même délicieux Jacques Myard qui comparait naguère les homos aux zoophiles...

A quand la guillotine pour les homos hackers ?

emile red a dit…

Ils ont l'art de mixer les idées et de dérouter le peuple.

Certains anciens gaulistes font dans la surenchère extrémiste, d'autres, anciens du GUD ou d'occident défendent un libéralisme pur et dur (Novelli), d'autres anciens fascistes rejoignent le camp post-trotskiste des ultra-libéraux et en définitive tous prennent le chemin d'une droite ultra dure qui n'a plus grand chose à voir avec la droite molle des années 70-80.

On se demande encore, avec une telle radicalisation, comment les micro partis du centre peuvent s'allier à cette dérive sans passer pour des tartuffes ou y trouver des intérêts peu recommandables...

Foehn a dit…

Ce même Jacques Myard très apprécié par Cyrano (de gerberac)
cf
"Sommes-nous des utopistes de rêver à un front des patriotes qui comprendrait – sans que cela ne soit limitatif – des personnalités comme Marine Le Pen, Paul-Marie Coûteaux, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Myard et André Gérin comme figures de proue ?" Publié le 24 octobre 2011 par Cyrano.

De sérieuses réserves sur N Dupont-Aignan .
"Nicolas Dupont-Aignan nous consterne parfois, par son aveuglement irresponsable sur la réalité de l’islam,"
C 'est dire "on aimerait bien qu'il ne soit pas ce qu'il est" (ie consternant et irresponsable).
Réserves de Cyrano toutes à l' honneur de Nicolas mais Cyrano ne le sait pas .

En tout été de cause on voit bien et de mieux en mieux de quel côté la barque penche .

Cyrano cite Brossolette( ça ne mange pas de pain) lequel n'aurait pas dit
" sous la francisque, le socialiste d’hier ne demande plus aux camarades qui sombrent s’ils étaient de gauche ".
Les socialistes qui le sont restés ne le demandent pas non plus .

Philippe Renève a dit…

Bonjour Foehn

Merci pour ces citations, d'un article de Riposte Laïque. Où l'on voit que ce site est effectivement, comme nous le soupçonnions, plus que sympathisant avec les idées de l'extrême-droite.

Ceux qui soutiennent le contraire ont maintenant la preuve sous les yeux. Ils ne peuvent plus nier l'évidence.

Philippe Renève a dit…

Constatons l'honnêteté foncière du parti de la Marine... Cocasse !

Philippe Renève a dit…

Quant à not'bon maître, il profite à plein de ses notes de frais.

Il est vrai que dans six mois ce sera un peu moins automatique: il lui faudra taper ses "frères" et copains Dassaubollobouygarnault. Nul doute qu'ils seront généreux: ils lui doivent tant. Bouclier fiscal, puis baisse de l'ISF, arrosage des entreprises... Ça crée des liens forts.

Mais pour le moment, la rigueur, l'austérité, ce n'est pas pour lui; il faut dire qu'il est tout sauf rigoureux et austère.

emile red a dit…

J'échange 15 Marie Machin contre 15 chinoises, banderoles en prime, aucun problème, LP bien.

Quant au foncier du FN, on sait d'où il vient, les cimetières en sont tout retournés...

Philippe Renève a dit…

Les successions juteuses font les suceurs contents...

Philippe Renève a dit…

Le sympathique Lefebvre, sectaire d'Etat de son état, revient sur la taxe sur les nuitées luxueuses.

On se doutait bien un peu que Sarko n'allait pas désespérer Neuilly...

Philippe Renève a dit…

Rappelons que cet illustre personnage est (voir sa bio tout à fait officielle) « fondateur de la société "Perroquet institutionnel communication" (1996) ».

Ça ne s'invente pas.

Foehn a dit…

chutt!!

Philippe Renève a dit…

Foehn,

Comme elle vilipendait le Juif dans les années trente, l'extrême-droite, activement aidée par ses divers valets, désigne maintenant l'islam et les musulmans comme responsables de tous nos maux; les actes suivent.

La haine ne brûle pas que les têtes.

Philippe Renève a dit…

Il est bien connu à l'extrême-droite qu'a contrario, la religion catholique est faite d'amour, de respect d'autrui et de tolérance.

Des fondamentalistes chrétiens prennent Rennes d'assaut à cause d'une pièce de théâtre "blasphématoire".

Philippe Renève a dit…

A tous

Mes deux grands-pères ont été soldats lors de la guerre de 1914-1918 et en ont ramené des blessures du corps et de l'âme qui les ont meurtris à jamais.

Vous comprendrez que lorsqu'un site internet se permet d'écrire en guise d'hommage "Putain de guerre que celle de katorz…", je ne le supporte pas.

Honte à ceux qui traitent à la légère ce qui a été une tragédie terrible pour des millions d'hommes et de familles.

Notre reconnaissance et notre salut solennel à tous ceux qui ont été des victimes de la folie des hommes.

Anonyme a dit…

Respect.

Pas une ville, un village, un hameau, sans une stelle.

Respect.

Mo

Philippe Renève a dit…

P.S. à mon commentaire de 9h00
Bien entendu, ce n'est pas la manière d'écrire katorz ni la référence à quoi que ce soit qui change la tournure de la phrase en question, pleine de légèreté autant que de vulgarité.

Lacrima a dit…

La guerre est toujours, hélas, totale .
Déplorant cette fatale montée aux extrêmes de la violence, l’auteur a souvent sur son site justifié par le pragmatisme toutes les atrocités de la guerre.On ne voit pas d’ emblée pourquoi la première guerre mondiale serait plus ou moins putain que les autres. Elles le sont toutes à ses yeux.
Pour lui seules les fins, les intentions donc, peuvent réintégrer telle ou telle guerre dans la moralité .
La Guerre de 14 aurait donc été une guerre du droit comme ne manquait pas de la dénommer bien des ouvrages parus en France au lendemain de la catastrophe européenne . Le camp des vaincus ne renonça pas à penser lui aussi qu’il était dans son droit et chacun d’ estimer juste sa guerre. L’argument par les fins sombrait dans l’ indécidable conflit d’après guerre sur les justifications .
On en revint, pour juger, aux actes .

Ce « putain » est un raccourci signifiant ! Il renvoie en fait à du particulièrement outrageant .
Croyez moi Philippe il n’y a pas blasphème. Il y a bien reconnaissance dans ce « putain » d’ une spécificité de ce conflit .
Cela place néanmoins l’auteur devant une contradiction .
Si les guerres sont toujours totales il y en a néanmoins de plus totalement atroces que d’autres . Brassens ironisait sur le sujet .On le comprenait sans s’offusquer.
Les actes de guerres et non les fins nous permettent d’en juger la moralité .

Philippe Renève a dit…

Lacrima,

Ce terme est déplacé et cette phrase ne saurait constituer un hommage aux victimes. L'expression, dans sa fausse outrance à la fois vulgaire et vague, ne contient aucun respect ni aucune compassion; elle veut faire peuple et n'est que grossière. Une telle formulation ne se démarque pas des « putain de voiture » ou « putain d'ordinateur » qui se disent par milliers chaque jour. L'évocation de cette terrible guerre mérite autre chose qu'un juron négligent qui est à la limite de l'insulte envers ceux qui ont tant souffert. En tant que descendant de ces malheureux hommes et de leurs familles, je me sens méprisé à leur place.

Mais vous avez raison de souligner que son auteur excuse les guerres par leur but et les atrocités par leur nature guerrière; cette façon de voir explique peut-être la légèreté de ce propos.

Je partage entièrement votre conclusion: qu'une guerre soit juste ou non – si cette opposition a quelque sens, ce qui n'est pas avéré –, rien, pour un homme digne de ce nom, ne peut justifier les actes de barbarie qui peuvent s'y commettre. Accepter que la fin justifie les moyens est accepter tous les totalitarismes et toutes les atrocités.

Lacrima a dit…

Permettez- moi de ne pas être d'accord avec vous .
C'est l'intention qui compte. Je ne me sens pas autorisé à faire de procès d'intention sur un mot qui de fait circule depuis quelques temps dans le monde de l' édition. Jacques Tardi a intitulé sa dernière production putain de guerre ". On ne peut suspecter Tardi d'irrespect .

Cela dit l' expression peut légitimement froisser.C'est en fonction des sensibilités.

" Je l'accusais [Voltaire] de trop de sensibilité pour la piqûre des insectes qui s'attachaient à lui"
(Denis DIDEROT) .

Philippe Renève a dit…

C'est en effet une question de sensibilité personnelle, et je conçois que ma réaction vous paraisse excessive. Mais j'estime, au risque de paraître vieux jeu, que la tragédie ne s'accommode pas de la familiarité, surtout grossière.

Cet échange témoigne en tous cas qu'on peut sur internet être en désaccord dans la courtoisie. Je me contenterai donc avec bonheur, cher Diderot, d'être un peu Voltaire, fût-il douillet...

Philippe Renève a dit…

Voilà-t-il pas que le secrétaire général de l'UMP, M. Copé, prétend parler "au nom de la France".

De la France d'en haut, sans aucun doute. Merci pour elle; elle n'en attendait pas moins d'un de ses plus fidèles valets.

France Copé, l'homme qui pourrait bien un jour nous faire regretter Sarkozy, comme Sarkozy nous fait regretter Chirac.
A Dieu ne plaise.

Philippe Renève a dit…

Un petit rappel: la France trempant son auguste fessier, représenté par celui de M. Copé, dans la piscine d'un intermédiaire sulfureux bien que richissime.

emile red a dit…

A force d’accommodements, il y a des faits qui deviennent inéluctables.

La complaisance viendra nous dire ensuite que les liens entre différentes affaires sont fortuits et que l’extrême droite est devenue fréquentable.

Philippe Renève a dit…

En effet: nul doute que les admirateurs de Riposte Laïque et autres alliés de l'extrême-droite trouveront très excessif de s'alarmer pour si peu.

Rappelons l'article signalé par Foehn qui montre bien ces complaisances qui ont tout de la complicité. L'auteur rêve d'"un front des patriotes qui comprendrait – sans que cela ne soit limitatif – des personnalités comme Marine Le Pen, Paul-Marie Coûteaux, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Myard et André Gérin comme figures de proue": c'est assez clair.

Mais voyons, l'Allemagne, c'est loin, et la pureté d'intentions des comparses de la peste brune est si évidente: de braves citoyens...

Philippe Renève a dit…

Un bel exemple de déformation volontaire de l'information: le titre de cet article, "Commémorer tous les morts pour la France le 11 Novembre: Pour François Hollande « on a mieux à faire »"

En fait, il a dit, parlant du projet de loi annoncé par Sarkozy, "je n'y suis pas favorable. Il n'y a pas besoin de légiférer sur ces questions-là. On a mieux à faire", ce qui est tout différent...
Quel qu'en soit le but, c'est de la malhonnêteté caractérisée.

Philippe Renève a dit…

Pour continuer sur la question de l'extrême-droite, il n'est pas inutile de constater que dans certains médias, la chasse à un prétendu conformisme de gauche bat son plein avec une ardeur croissante, tandis que parallèlement les critiques des idées et des partis d'extrême-droite sont de plus en plus rares, jusqu'à disparaître totalement.

Une attitude très tendance consiste actuellement à fustiger la gauche dans son ensemble, l'islam et les musulmans en bloc, SOS Racisme et autres associations prétendues bien-pensantes, et à éprouver beaucoup de sympathie pour des mouvements professant des idées d'extrême-droite, sans jamais remettre ces dernières en cause.

Philippe Renève a dit…

Cette évolution est à l'évidence le fait de gens et de médias autrefois de gauche voire d'extrême-gauche, qui ont (mal) vieilli et, avec le regard égoïste du vieillard aigri, se confectionnent des boucs émissaires bien commodes.

Pour justifier ces idées qu'ils abhorraient dans leur jeunesse, ils vitupèrent logiquement ceux qui les exècrent, tandis qu'ils trouvent de bonnes raisons d'excuser l'extrême-droite, qui sur ces sujets pense comme eux.

L'indulgence pour l'extrême-droite, discrète et niée mais manifeste, confirme clairement l'éloignement des idées de gauche.

Foehn a dit…

Que voulez-vous y faire s'ils voient quelques bonnes idées à l'extrême droite ? Ils prétendent se démarquer de mauvaises.

Une bonne idée :La xénophobie.
Ce n'est certes pas une race biologique qu 'on vise, non c'est précisément une religion dont tous les pratiquants à quelque degré que ce soit sont originaires plus ou moins anciennement des pays du Maghreb. Objectivement on vise des gens d' origine étrangère . Dans ce cas objectivement on est xénophobe et exactement arabophobe .
Je passe sur l’exaltation des vertus du bon peuple tintée d' 'anti-intellectualisme. Je passe sur les invocations à la rigueur des moeurs, victorianisme à peine voilé, si j' ose dire.
Enfin bref si ça coince pour eux quelque part à l'extrême droite il faudra qu'il nous le disent, les voila eux bien coincés.

Philippe Renève a dit…

En effet, Foehn.

Il est à noter que cette xénophobie, cette islamophobie s'étend au Moyen-Orient, Iran inclus (non arabe mais musulman), à la Turquie, ou plutôt aux Turcs et à l'occasion à l'Afrique entière.

Ainsi si ces gens-là parlent de fraude en France, ils vont citer des africains, affirmer que cette fraude est communautaire, particulièrement turque, et nommer pour seul exemple un maghrébin – provocateur et escroc notoire.

Il faut aussi remarquer l'esprit patron de ces prétendus défenseurs des humbles, qui fait par exemple que s'ils emploient une femme de ménage au noir (pour l'arranger, en toute bonne conscience bien sûr), ils peuvent très bien trouver naturel de lui refuser des congés payés puisqu'elle n'est pas déclarée.
Des congés payés, et puis quoi encore, pourquoi pas les 35 heures ? Ces boys ne sont jamais contents.

Anonyme a dit…

Celui qui accepte de rémunérer un travail au noir est un fraudeur également. La fraude c'est la dissimulation d'un acquis, tout simplement.

Mo

emile red a dit…

A propos de xénophobie, d'islamophobie...

Un constat toujours stupéfiant à propos de certaines diatribes sur l'immigration, systématiquement celles-ci vont dévier vers les Arabes, les Turcs ou les Subsahariens, et systématiquement, c'est à l'aune de leur religion que vont être juger ces populations.
Si d'aventure un parallèle avec l'immigration asiatique est entrepris, il va ressortir que la qualité première de celle-ci est sa discrétion, son entre-soi va même être considéré comme consubstantiel à cette tranquillité.

A bien peser, confronter sur différents plans sociologiques des populations ne peut qu'établir des controverses déséquilibrées et subjectives en faveur du moins visible et du moins bruyant.

Si le communautarisme oriental ou africain va desservir, par le biais de leur religion, ces populations exubérantes, remuantes, parfois proches des spécificités latines, le communautarisme asiatique va être évalué avec la condescendance de la curiosité et son fonctionnement souterrain aisément éludé.

Il est surprenant que si le fait religieux est sans cesse reproché aux uns, il n'est jamais évoqué chez les autres, que les très grandes proximités culturelles et historiques qui nous lient aux uns sont évincées du seul fait de leur religion alors que cette même religion n'a aucune incidence sur nos rapports aux autres malgré une totale dissemblance civilisationnelle.

Ainsi, l'islam servirait à disqualifier uniquement certaines populations, principalement les Arabes, les Turcs et l'ensemble des Africains (bien que partiellement islamisés). Au regard de ce phénomène patent, peut-on raisonnablement croire que cette discrimination soit uniquement religieuse, serait-il invraisemblable de penser que l'islamophobie servirait de cache-sexe à une xénophobie inavouable ?

Petit rappel des proportions :

L'Asie c'est 61,9% des musulmans, quand Moyen-Orient et Afrique du Nord ne représentent que 20,1% et l'Afrique subsaharienne 15,3%.

Philippe Renève a dit…

Un article passionnant sur l'économie allemande: où l'on apprend que les citoyens, et surtout les plus modestes, paient très cher en pouvoir d'achat ce qu'on nomme parfois la "réussite allemande".

Waldgänger a dit…

Re Philippe,

J'ai vu ça, l'article est précis, ça fait pas tellement envie. En plus on a l'impression que leurs secteurs vont se faire bouffer un jour ou l'autre, que comme ils sont plus élevés en gamme, ça prendra plus de temps que pour d'autres pays d'Europe, mais à terme, on ne voit pas ce qui les protège.

Il faudrait un deuxième souffle à l'Europe, une autre ligne directrice, des programmes scientifiques, économiques communs, voir un protectionnisme interne, un peu d'imagination, que l'on avait dans des programmes comme Airbus, là j'ai l'impression que tout stagne.

Philippe Renève a dit…

Depuis 2008 avec les crises, c'est un peu chacun pour soi alors qu'il faudrait plus de choses en commun.

emile red a dit…

On retrouve exactement ce que dénonce depuis des années Bernard Maris.

Les Allemands produisent énormément à l'étranger, signent et revendent à l'étranger en court-circuitant le salariat local.
Il y a très peu d'épargne et ça ne va pas en s'arrangeant puisque les revenus baissent, la pauvreté augmente et les revenus de substitution ou les aides sociales sont minimalisés, d'ailleurs les chiffres du chômage sont faussés par une utilisation à outrance de mi-temps ou d'emplois à la demande.
La seule donnée qui préserve encore cette économie faillible réside dans un reste de patriotisme économique qui disparait peu à peu dans la mondialisation financière.

D'un autre côté, la force commerciale consiste dans l'exportation de matériel de production, machine-outil et outillage spécifique, or cette production atterrit principalement dans les pays émergents qui se libèrent progressivement de ce carcan en copiant et produisant à domicile.

Le tissu de moyenne et petite entreprise est faible et s'appuie très peu sur la consommation intérieure trop faible, ce qui entraine une poussée constante aux délocalisations sur leu de vente, seuls les emplois de service à faible rendement sont en augmentation mais n'alimentent pas la croissance.

Le capital confiance/qualité est en berne, même la production automobile est mise à mal dans le marasme international, ce capital est maintenu artificiellement par la casse sociale et la ligne idéologique du gouvernement mais il n'y a aucun doute sur la surévaluation des ressources économiques.

Se pose ici la question de ce qui arrivera quand l'état atteindra le niveau où plus aucune économie structurelle ne sera possible, et comment évitera-t-il un effondrement social vertigineux et des conséquences politiques imprévisibles.

Rocla a dit…

En même temps une grande partie de la production de biens répond à des besoins artificiels .

On pourrait vivre sans télé , sans grosses cylindrées , sans tel portable , sans grille pain , sans lampes à bronzer , sans yachts , sans plein de trucs qui servent sans doute , mais qui ne sont pas du tout nécessaires pour vivre .

Non ?

emile red a dit…

Tout à fait Cap.

Théoriquement, je trouve que nos seuls besoins primaires sont la nourriture, le logis, le vestimentaire et le transport, une fois passées ces nécessités, dans l'absolu, tout le reste est superflu.

Seulement, ces obligations vitales, dans un monde parfait, devraient être uniquement dépendantes du besoin et non des moyens, or aucune n'est garantie et bien au contraire c'est pour ces obligations qu'on travaille essentiellement avec une rentabilité de plus en plus faible et des prix de plus en plus élevés.

Pire ce sont ces nécessités qui deviennent de plus en plus inabordables, un salaire peut permettre d'acheter six ou sept ordinateurs à bas prix quand il est limite pour payer un loyer, c'est un véritable renversement de valeur sans aucun sens commun.

Philippe Renève a dit…

Vous avez tout à fait raison tous les deux.

Je signale une excellente analyse de la crise financière actuelle sur le blog "Bonnet d'âne".
Je n'en partage pas toutes les conclusions mais le diagnostic est très pertinent et rejoint mes propres vues.

Philippe Renève a dit…

Il fait apparaître très justement que laisser la bride sur le cou aux banques et sociétés financières ne peut que mener à des crises car le fonctionnement des marchés financiers, loin de s'autoréguler, est porteur intrinsèquement de crises cycliques qui mettent en péril les autres secteurs de l'économie.

Il faut bien voir que lorsqu'une entreprise industrielle ou commerciale fait faillite, les dégâts sont limités. En revanche, si une banque fait défaut, tout le système est ébranlé car il repose sur une multitude de créances entre banques qui sont irrémédiablement (diablement est suffisant...) liées.

Foehn a dit…

(Pour répondre brièvement à un site qui nous lit mais qui ne permet pas la contestation sur ses pages.)
1)L’emploi du terme « islamisme » renvoie aux dérives intégristes de l’islam. C’est clair , parler d’ islamiste et d’islamisme pour désigner tous les musulmans c’ est dévoyer le sens ordinaire des mots. Personne ne s y trompe parce que sinon personne ne s’y retrouve .
Quand on veut distinguer on parle de république et pas de républicanisme, de laïcité et pas de laïcisme, d’ Europe pas d’européanisme .
2)La fin des prières dans la rue se fait au prix de la construction d espaces de prière décents . C’est une légitime victoire de la décence publique et aussi des musulmans revendicateurs en l’ occurrence de mesures de décence .
3)Et pour le reste c’est la fable de la mouche du coche. La mouche ne prend guère de coups, elle s’expose à la dérision du fabuliste pour l’amusement de ses lecteurs.

Philippe Renève a dit…

Bonjour Foehn

Le suffixe -isme a bien sûr en principe un sens d'opinion, de théorie voire de parti pris. Si les mots christianisme ou bouddhisme désignent des religions, c'est que leur racine renvoie à la divinité vénérée.

Au contraire le mot islam, lui, désigne clairement une religion. L'étymologie est "Emprunté à l'arabe islam, « soumission, résignation à la volonté de Dieu, islam », nom d'action du verbe aslama « se confier, se soumettre, se résigner (à la volonté de Dieu) », 4e forme (causative) de salima « être sain et sauf »".
Parler d'islamisme pour désigner la religion ou la communauté des croyants est donc un contresens, puisque le mot existe par ailleurs pour désigner une attitude comme le traditionalisme chrétien ou l'extrémisme juif, qui ne se confondent pas avec la religion. Mais c'est aussi et surtout vouloir tordre la sémantique pour lui faire dire ce qu'on voudrait être vrai.

La mouche du coche... c'est une contrepéterie qui fait le lit de la laideur d'esprit.

Philippe Renève a dit…

Autre chose.

J’ai toujours autant de problèmes vis à vis de ces spécieux qui, du haut de leur tabourets de bar, déforment les prénoms et les noms de ceux qu'ils attaquent. Il est bien possible que la désinvolture envers la justesse des noms soit à rapprocher du mépris des personnes.

Lacrima a dit…

je soumets à votre lecture la quatrième de couverure d" un livre qui m' avait frappé et continue de me hanter (il date de 1992) la fin de l'avenir de Jean Gimpel .

« On n'arrête pas le progrès », disait-on jadis. Mais peut-être s'arrête-t-il tout seul ! L'origine de la crise profonde que subit l'Occident aujourd'hui ne serait-elle pas à chercher dans l'épuisement de l'innovation technologique ? Quand on compare la situation actuelle aux prédictions enthousiastes des futurologues des années 60, et que l'on fait un bilan objectif du développement technique jusque dans ses domaines « de pointe » (l'informatique, l'espace, la santé), un constat d'échec s'impose. Si le déclin technologique n'est pas encore évident, c'est paradoxalement grâce aux techniques anciennes qui donnent un second souffle à nos industries : le train (TGV) et les tramways, la céramique et la brique, la fonte et le fer, le coton et la laine -autant de secteurs parmi les plus modernes et les plus productifs aujourd'hui. La mise en évidence du potentiel de ces « techniques d'hier pour demain », voilà le second thème de ce livre. Mais ce plateau technologique sera provisoire, et nous abordons un tournant historique décisif - la fin de la civilisation industrielle occidentale. Bien qu'exceptionnelle, notre civilisation n'a aucune raison d'évoluer autrement que celles qui l'ont précédée. Toutes ont cru échapper à la décadence, aucune n'y est parvenu. L'inéluctable loi des cycles historiques joue désormais contre nous. Seule notre ignorance des mécanismes de l'évolution technique peut nous laisser croire le contraire. Nourri d'exemples détaillés empruntés à tous les domaines de la technique, appuyé sur une vision historique à long terme, cette analyse lucide de notre avenir est peut-être la seule qui puisse nous en donner une relative maîtrise."

Ce en réponse à Rocla .

Thèse: La technique est primordiale dans la puissance, ainsi les aires géographiques possédant une technique supérieure l’emportent et s’assujettissent les autres .
La thèse peut sembler simple voir simpliste,elle peut être pensée en concomitance avec d’autres facteurs de la puissances , certes , mais elle n’est pas à négliger .
Ce qui impliquerait qu’ on ne peut en rester là à une sorte de stagnation voire de décroissance .
On est obligé d’ avancer et de techniquement avancer .
La fabrication d’ objets présumés non indispensables contribue fortement à l’avancée technique .
Regardez l’ Asie . C’est en Asie que se fabrique actuellement la grande majorité des produits de hautes technologie .On y fabrique et on y conçoit .Il y a déplacement du pôle technologique et conséquemment déplacement du pôle de la puissance .

Philippe Renève a dit…

Bonjour Lacrima

Je ne suis guère d'accord avec ce texte: dans les dernières années, les progrès technologiques en matière de communication et de traitement de l'information sont énormes et se poursuivront sans doute. Pour le moment il y a surtout déplacement de la production mais pas des centres de décision et d'innovation.

emile red a dit…

Je ne suis pas du tout certain que nous n'innovons plus.
Je crois plutôt qu'il y a une évolution de l'innovation palpable et visible vers l'impalpable, le microscopique et l'incompréhensible.

Nous sommes passé d'une créativité pratique à la portée (émanant?) de tous, à une créativité ultra technique réservée à des élites de plus en plus spécialisées.

Et je crois qu'il faut différencier la fabrication d'un objet avec la recherche qui y mène, l'Asie est un gros pourvoyeur industriel de produits technologiques mais reste en deçà dans la conception de pointe.

Surement que dans les années à venir il y aura une sorte de lissage dans les capacités innovatrices mais nous en sommes encore loin, le seul déplacement aujourd'hui est la production conjoncturelle qui se lissera aussi dans les mêmes proportions. Au fur et à mesure que les pays asiatiques nous rattraperons dans le développement et la recherche, les conditions sociales évolueront et la production se déplacera de nouveau soit vers d'autres continents soit plus près des lieux de consommation.

On le voit peu mais les salaires progressent fortement en Chine et certaines industries commencent à rapatrier la production non pas par humanisme mais par souci de coût et de praticité logistique, la rationalisation et les cours du pétrole vont à l'encontre de la rentabilité immédiate et ça ne peut que s'accentuer.

Rocla a dit…

OK Lacrima ,

Quand je dis que nous n' avons pas besoin de grille-pain de yacht ou de protège-slips je ne dis pas qu' il ne faut pas en produire . On est au 21 siècle .

Cependant notons que nos grand-pères et grands-mères sont nés à une époque où l' électricité n' était pas encore dans les maisons .

Quelques privilégiés menaient une espèce de train supérieur par rapport aux simples gens qui eux mangeaient de la viande une fois par semaine , se nourrissaient de soupes , d' oeufs , de purées , patates cuites à l'eau avec du lait en guise de sauce . A l' occasion d' une fièvre le docteur prescrivait un cataplasme à la moutarde , on élevait des sangsues pour faire des saignées et seulement quelques années auparavant on avait trouvé que de se laver les mains avant un accouchement on réduisait la mortalité infantile d' énorme . Le moyen de transport c' était un cheval , une charrette . Dans les années 1920 on n' imaginait pas signer un papier comme moyen de paiement . Et lorsque les billets de banque ont remplacé les pièces d' or les gens n' avaient aucune confiance en ces billets , les assignats avaient laissé un très mauvais souvenir à leurs anciens . On travaillait de l' aube au coucher du soleil . On peut continuer cette énumération pendant longtemps si on veut citer toutes les façons de vivre de l' époque .

Simplement aujourd' hui on est le 15 novembre 2011 .

On naît dans des cliniques hyper performantes , quand on a plus de dents on peut les remplacer par des moyens très sophistiqués . Une petite tumeur dans la vessie hop un coup de laser et on est tout neuf . Les apparts sont chauffés , les poubelles ramassées , les chinois font le boulot pour nous , et on est tous conditionnés par cette avalanche des prospérité . Il y a même des intelligents roulant berlines décidant ce qui est bon ou mauvais pour nous . Depuis longtemps plus personne ne sait sur quoi sont indexés les billets de banque , et si c 'était le cas , qui nous prouve qu' il n' existe pas quelque part dans le monde un tas d' or de millions de kilos dont on cacherait l' existence juste pour que les cours se tiennent . Il y en a bien pour croire qu' on a descendu deux tours jumelles avec un lance-pierre ...

Ce qu' il faudrait ( peut-être ) c 'est de se réunir autour d' une table et de décider ce qui serait bon pour que tout le monde soit heureux plutôt que riche .
Bander pour de l' argent alors qu' avec une bonne érection ...

Bon c' est trivial mais c 'est un peu comme je le pense . Le mec qui a besoin de noircir cinquante pages pour démontrer la thèse de pourquoi il y a plus d' oseille , pourquoi la banque etc.. au fait qui c 'est l' escroc qui a inventé ce magasin là ?

FMI FM mon cul oui .

Mais sinon j' en sais pas plus qu' un autre .

Salut à tous .

Philippe Renève a dit…

Il ne faut pas oublier que nos sommes des privilégiés dans nos pays, et que la plus grande partie de l'humanité ne profite pas ou très peu de tout ce superflu.

Dans un monde humain, on aurait fait en sorte que tous les hommes mangent à leur faim et aient des conditions de vie décentes avant de produire des smartphones. Mais nous sommes dans un monde que régit le seul profit, qui ne s'accommode pas de ces logiques humaines.

Philippe Renève a dit…

Pour en finir avec certaines bêtises.

Les contorsions prétendument sémantiques des pseudopolémistes partisans cachent difficilement une absence de raisons objectives à leurs détournements lexicaux. Ils ne font que mettre en musique linguistique une hostilité foncière et irrationnelle qui est plus proche de la phobie que de la critique. Refuser le terme d'islam pour désigner cette religion est aussi injustifié que de refuser de parler du christianisme à cause du Christ, personne et dieu forgé par cette religion, ou de bouddhisme à cause du Bouddha. La désigner sous le terme d'islamisme est aussi inapproprié et déplacé que d'employer traditionalisme au lieu de catholicisme, ou haredim au lieu de juifs croyants.

Il faut savoir de quoi on parle. Il y a trois religions du Livre, nommées christianisme, islam et judaïsme, et tout le reste n'est qu'expression d'aversions maladives. Renommer son ennemi n'en fait pas un monstre.

Lacrima a dit…

cher Philippe

Jean Gimpel jetait un cri d' alarme .En tant qu' historien il pointait prioritairement la technologie comme cause de l' expansion d' une aire géographique donnée ( l'occident ).

On peut noter qu'en Asie le Japon s' est développé et a accédé à la puissance sur des fondements technologiques (en copiant d'abord puis en innovant ).

Que nous innovions en occident, très bien, après tout Gimpel était pessimiste sur ce qu'il voyait et pas sur ce qu 'il n'avait pas encore vu.
Il est certain qu'il raisonne en termes d' aires géographiques et culturelles mais nous en sommes encore là .
Regardez comment l' Afrique souffre de ne pouvoir développer des techniques autochtones et donc de s'en voir imposées de l'extérieur sous forme de produits anciens et peu performants.

Ne vous méprenez pas
je mets ses réflexions en relation avec l'insistance du candidat socialiste sur l’éducation et la recherche . Insistance qui n'est pas si légitime pour certains de droite qui ne parlent que de finances . Nous avons un besoin impératif de chercheurs en technologie ( et qui trouvent de préférence )

Philippe Renève a dit…

Lacrima,

En ce sens il est certain que l'innovation est le moteur de la croissance économique. Les baisses de crédits à la recherche – dans le public comme dans le privé, voir PSA – sont la plus belle manifestation du court-termisme qu'imposent les financiers: des économies pour quelques années qui induiront des manques pour des décennies.
C'est d'une formidable stupidité et d'une foncière malhonnêteté de procéder ainsi, comme l'écureuil qui se gaverait de noisettes au lieu d'en cacher pour l'hiver.

Philippe Renève a dit…

Je dirais même qu'une société qui réduirait volontairement ses efforts en matière de recherche et d'enseignement courrait vite à sa perte car elle sacrifierait l'avenir au présent.

Et nous commençons à vivre cette réalité en France comme dans d'autres pays.

emile red a dit…

Ce qui est hallucinant dans la vision financière du monde c'est non pas de produire mais de produire asymétriquement.
De gaver l'occident de technologies caduques limitées à quelques centaines de millions d'âmes alors qu'on pourrait produire rationnellement et à moindre prix pour plusieurs milliards et ce qui vaut pour les technologies vaut d'autant plus pour tous les besoins primaires, de l'alimentation à la pharmacie.

Confondre bien-être (ou mieux-vivre) et avidité ne conduit qu'à une impasse qui néglige tantôt les uns, tantôt les autres sans jamais équilibrer les productions ni tenir compte des ressources limitées qui plongeront un jour ou l'autre la planète entière dans un chaos insoluble duquel personne ne sortira indemne.

En ce qui concerne Peugeot, délocaliser la R&D en Chine pour la Chine ne me dérange pas, mais qu'une industrie puisse s'éloigner de sa zone de chalandise en croyant que les Chinois ont les bonnes vues sur un produit pour l'Europe est d'une imbécilité sans nom, il suffit de regarder les zones de ventes marque par marque pour s'apercevoir qu'il y a une influence culturelle sur le développement de produits et donc sur la géographie du marché.

On peut appeler une Daewoo Chevrolet, elle ne se vendra pas plus en Europe qu'aux USA et restera une voiture Coréenne faite pour l'Asie.
Aujourd'hui, Toyota est le seul constructeur qui a compris ce principe de base.

Philippe Renève a dit…

Emile,
La seule logique du profit ne peut construire un monde pas trop inégal. Seules les interventions de l'Etat, par la force de la loi, peuvent corriger les problèmes les plus importants. Mais à notre époque, nous revenons au temps des Maîtres de Forges qui avaient leurs marionnettes au pouvoir. Les forges sont maintenant d'autres industries et la finance, tout aussi efficaces pour "laisser jouer les forces du marché", c'est-à-dire produire des inégalités en leur faveur.

Foehn a dit…

cher Philippe

Sur un site qui nous lit, on vilipende ce matin un article d' alternatives économiques ( insuffisances, grosse bourde, tissu d' âneries etc ...)

Denis Clec ( l'auteur d' AE ) écrit:
"Evidemment, je vais me faire traiter de tous les noms pour m'attaquer ainsi à l'épargne « populaire ». Sauf que cette épargne n'a rien de populaire : pour 15 millions d'épargnants qui disposent d'un livret A contenant moins de 500 euros, on compte 2 millions d'épargnants ayant le maximum (15 000 euros), et je suis prêt à parier ma cravate contre rien du tout que la quasi-totalité de ces épargnants-ci (à 15 000 euros) font partie du dixième le plus favorisé de la population. Il y a des exemptions fiscales qui aident surtout les riches, même s'ils se cachent derrière les pauvres pour faire croire le contraire.

Ce à quoi on réponds :" comme si on était riche quand on a 15.000 euros sur son livret A"

Contresens évident sur ce que dit Clerc .
Mais je ne vais pas perdre de temps à leur expliquer ce que vous, vous voyez très bien .

altrenatives

Philippe Renève a dit…

Cher Foehn,

Sur ce site, si je vois duquel il s'agit, il n'y a pas un, je dis bien pas un, intervenant qui maîtrise à peu près les questions économiques.

C'est sans doute pourquoi ils se permettent de critiquer à tort des articles dans ce domaine: ils ne les comprennent pas.

Philippe Renève a dit…

Petit scénario peut-être bien applicable à la crise actuelle de l'endettement des Etats, au moins en France.

1. Abreuver les entreprises de subventions, d'allégements de charges et baisser les impôts et les droits de succession pour les plus nantis.
2. Devant l'énormité des déficits ainsi créés (en France depuis 2007, 400 milliards d'euros en plus soit 18% de PIB), mettre en place des politiques de rigueur, en faisant peser le poids de l'austérité sur les ménages (86% de la charge du dernier plan Fillon en date). Conséquence inévitable: ralentissement économique voire récession, inflation nulle voire baisse des prix, chômage supplémentaire massif et stagnation voire baisse générale des salaires.
3. Pour relancer une économie exsangue, subventions massives, déguisées en baisses de charges et d'impôts, aux entreprises qui pourront embaucher à moindre coût vu le marché du travail, et ainsi  "reconstituer leurs marges" (expression consacrée de l'analyse financière pour désigner la hausse des taux de profits).
Go to 2.

Ce scénario est effectivement en train de se dérouler; à supposer qu'il ne soit pas volontaire, il est quand même pain béni pour les entreprises, surtout les grandes, et leurs heureux patrons.
Vous savez bien, les frères et amis de Sarkozy.

Anonyme a dit…

Tout pour les uns, rien pour les autres. Veuve à la retraite :
Impôt sur le revenu 2009 : 755 Euros
Impôt sur le revenu 2010 : 1571 Euros
Taxe foncière 2011 : 275 Euros
Taxe d'habitation 2011 :722 Euros

A payer en décembre.

Je suis amie de personne, c'est pour ça.

A.

Philippe Renève a dit…

C'est surtout que vous n'êtes pas assez riche pour bénéficier des baisses d'impôts, des combines de détaxation et des paradis fiscaux...

Philippe Renève a dit…

C'est amusant.

Il y a des gens qui passent leur temps à se scandaliser des censures d'Agoravox mais qui en font autant avec les commentaires qui fustigent leurs gourous... La fauxculterie se porte bien.

Philippe Renève a dit…

Si vous voulez voir des ours blancs en direct... Mais la nuit va tomber aussi là-bas.

Philippe Renève a dit…

En parlant de fauxculterie... Faire présenter un projet de loi défavorable aux salariés par un député d'une région qui ne l'appliquera pas, c'est un modèle du genre !
La mauvaise foi, la dissimulation, l'hypocrisie règnent en Sarkozie.

Philippe Renève a dit…

Tout à fait, du reste, comme celle qui consiste à accepter volontiers de publier des insultes grossières d'un excellent ami d'extrême-droite et de censurer les mêmes mots qui le condamnent.
Et de se lamenter ad libitum sur les ciseaux de Gary Coupeur...
Sarkozy, Gogovox, DDC, même combat dans l'hypocrisie.

emile red a dit…

Souvenirs, hier, avec mon meilleur ami concernant les jours de carence et les conséquences.

Fin novembre 1995, X, pour la première fois de sa vie tombe durement malade, une grippe carabinée avec fièvre importante et état général au plus bas.
Il consulte, remèdes de cheval et arrêt de travail d'une semaine avec obligation de représentation chez le praticien le lundi suivant pour le certificat de reprise.

Le jour de reprise arrive, smicard, X toujours très mal mais déjà lourdement sanctionné par la sécu espère la réintégration, le médecin estime qu'avec précaution médicamenteuse et emmitouflage le sieur peut reprendre son activité dans son entrepôt sans chauffage ouvert aux quatre vents.

Nausées et fièvre acceptées, nageant dans un nuage de miasmes grippaux, il regagne son entreprise sous les quolibets du patron infaillible, précision à donner, nous sommes dans un commerce de pièces automobiles.

Le jeudi suivant, notre ami en sortant un silencieux de son casier se blesse légèrement à l'aine, contusion légère soignée hâtivement.
Les jours passent, la fièvre ne tombe pas, notre homme continue sa vie dans le brouillard pharmaceutique, intrigué par quelques démangeaisons et suppurations au lieu de la blessure. Celui-ci difficilement visible, X demande à son épouse de jeter un œil, c'est la consternation, elle décrète une visite urgente chez le toubib.

Le diagnostic ne se fait pas attendre, l'aine est envahie de staphylocoques dorés, traitement immédiat, arrêt de toute activité et les fêtes de fin d'année à la maison entre l'infirmière piqueuse et le fauteuil de repos, cortisone et pilules en cascade pour un total de deux mois courant au débit de notre sécurité sociale chérie.

Le praticien n'a laissé aucun doute, l'invasion est due à la conjonction d'une très grande faiblesse due à la grippe et de cet incident idiot d'une blessure qui n'aurait eu aucune conséquence en temps normal.

Mais mon ami en donne cette raison qui échappe aux nantis jouant avec les salaires et les prestations sociales comme un chat avec une souris, les trois jours de carence insupportables quand on est chaque mois sur la brèche du découvert bancaire.

Admettons que mon ami aurait tiré au flanc d'une semaine supplémentaire aux frais de la solidarité, quel en aurait été le prix au regard de ce que la sécu a déboursé pour qu'il ne se repose pas ?
Nos politiciens technocrates aveuglés d'idéologie savent-ils encore compter ?

Philippe Renève a dit…

Emile,

Très bon exemple.

Mais tout cela n'est pas fait pour réaliser des économies mais pour désigner des boucs émissaires: ici, ce sont les fraudeurs aux arrêts-maladie. Ils sont peu nombreux, on le sait très bien, et coûtent peu à la collectivité. Mais c'est bien commode de trouver des responsables aux problèmes de nos économies: immigrés, fraudeurs divers, etc. Jamais les banques, les grandes entreprises ni les paradis fiscaux, qui ensemble coûtent plusieurs dizaines de milliards d'euros au pays chaque année.

A propos, il fait quoi, après ses rodomontades de matamore du haut de ses talonnettes, contre les paradis fiscaux, Sarko ?

Rien.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Sur ces déclarations du présidents sur les fraudeurs aux assurances sociales.. noter le vocabulaire employé :

Les malades qui abusent des arrêts "volent".. les employeurs qui ne déclarent pas leurs salariés "trichent"..

Qu'en penser ?

Bienheureux Alexandre

Philippe Renève a dit…

Bonjour bienheureux Alexandre

Très bonne intervention.

C'est une question de dimension: pour quelques centaines d'euros, on vole.
A partir de quelques milliers, sans limite haute, on triche.

Les fraudeurs aux arrêts-maladie sont de mauvais citoyens délinquants, alors que les entrepreneurs qui fraudent le fisc ne font qu'optimiser leur gestion.

Bizarrement, ce n'est pas l'avis de la justice, qui conserve (encore) une certaine indépendance. Mais les moyens d'investigation sont réduits dans ce domaine: c'est la crise, que voulez-vous.

emile red a dit…

Une nouvelle qui fait froid dans le dos.

Notre cher Duce devrait enlever ses œillères lorsqu'il parle de fraudeur à la Sécu et n'est voleur que celui déclaré comme tel.

En attendant certains criminels ne sévissent pas en banlieue et cette raison les protège des matraques du pouvoir politique taiseux, à mettre en perspective avec les microgrammes d'iode 131 se baladant deci delà et qui n'auront jamais aucun coût palpable pour la Sécurité Sociale des voleurs en mal de fraude qui geignent déjà des affres de l'amiante.

Philippe Renève a dit…

Cette nouvelle est en effet inquiétante: si les entreprises du médicament commencent à utiliser des moyens dangereux pour augmenter encore leurs profits, il y a du souci à se faire.
Par parenthèse, cette affaire a été soigneusement passée sous silence alors que l'Afssaps a rappelé deux lots suspects le 12 octobre.

Les victimes de l'amiante sont probablement, pour le piccolo Duce, de honteux fraudeurs...

Philippe Renève a dit…

A part ça, les grandes entreprises ne font pas pression sur la presse, non, non, non...
Un pur hasard, on vous dit. Et ce n'est pas l'Etat-actionnaire qui va intervenir.

emile red a dit…

Mais EDF est une entreprise merveilleuse qui nous éclaire de ses lumières, nous sommes tous au jus...

Ce n'est pas là où certains amis de qui nous savons, pantouflent tranquillement en attendant leur misérable retraite amplement méritée ?

Philippe Renève a dit…

C'est bien ça !

emile red a dit…

Une autre qui confirme le souci de notre Suprême Éminence à faire régner l'équité dans notre pays.

Au tarif syndical... je suppose...

Encore une preuve, il est évident que nos traditions sont uniformes sur le territoire et qu'il est coutumier de manger du cassoulet à Nouméa et de faire chabrot à Tourcoing ou danser une bourrée à Bastia...

Philippe Renève a dit…

Démagogie, quand tu nous tiens... Entre Sarko, Guéant, Copé et Bertrand, c'est une course folle à celui qui racolera le plus d'électeurs du FN.
Il est vrai qu'ils ne peuvent plus draguer que dans ces coins-là.

Philippe Renève a dit…

Encore un avis intéressant sur la crise actuelle, avec une série de mesures qui rejoignent ce que j'avais avancé.

Il semble qu'à côté des "économistes" bidon appointés par l'UMP ou ses commanditaires, des voix sérieuses commencent à s'élever et à être relayées par les médias.
Tant mieux, car il est grand temps de montrer aux citoyens que des solutions existent, autres que l'austérité à la Sarko ne pesant que sur les ménages.

emile red a dit…

Tiens, comme quoi les petits esprits :

Hier je parlais d'amiante, ce matin aux infos de France Inter, on nous en parlait aussi, mais pas pour les mêmes raisons.

La cours des comptes viens d'épingler le chantier de désamiantage de la fac de Jussieu, chantier qui devait coûter à l'origine 183 millions en 1996 et qui arrive à 1,850 milliard en 2011.

Quand on a à faire avec des incompétents qui passent leur vie à regarder dans les poubelles du voisin au lieu de travailler, les millions s'envolent et le contribuable est appelé autoritairement à la rescousse...

Philippe Renève a dit…

Bonjour à tous

On dira ce qu'on voudra, mais je trouve qu'il y a des photos qui font peur, parfois.

Une interdiction aux moins de douze ans me paraîtrait judicieuse.

Anonyme a dit…

Je m'attendai à une horreur. La beauté cachée des laids, des laids, se voit sans delai, délai.
La beauté de la pensée ne se voit pas. Mais quand même, il y a pire.

Mo

Philippe Renève a dit…

Monique,

C'est moins les traits du visage que l'attitude, la coiffure et le maquillage: Cruella ou Méduse ?

Philippe Renève a dit…

Voilà que Fillon fait dans l'évocation discrète, l'euphémisme délicat, la litote précieuse.

"Accord PS-EELV: « Une grande défaite pour le PS et surtout le pays », selon Fillon"

A ce rythme, que pourra-t-il dire au printemps prochain ? Il s'épuise, cet homme.

Philippe Renève a dit…

Savez-vous que sur internet il s'écrit des mensonges éhontés à longueur de journée ? Oui, vous le savez.
Comme il est impossible de les recenser tous, une simple mise au point en direction des menteurs les plus honteusement manifestes.

J'ai longuement et à plusieurs reprises rappelé que ce qu'on peut nommer l'islam modéré est celui pratiqué par l'ensemble, très nombreux, des musulmans modérés, ceux qui considèrent que leur religion n'a pas à s'immiscer dans la vie de la cité et qui la pratiquent sans jamais considérer que la charia doit s'appliquer dans leur pays. Il suffit de discuter avec des musulmans en France pour vérifier que l'immense majorité d'entre eux partagent ces vues. Encore faut-il discuter.

C'est un peu fatigant de répéter cent fois les mêmes évidences à l'intention de ceux qui pourraient être abusés par ces menteurs compulsifs, qui osent prétendre que je n'ai jamais défini ces termes.

Anonyme a dit…

Ah la fatigue! Certains n'en sont pas atteints. Ressortir, quelque soit le sujet, Celine et Proust, ce n'est pas de la fatigue, c'est de l'obsession proche du gâtisme. Continuez, si ça vous permet de vivre.

A.

Philippe Renève a dit…

Faute de nouveauté, certains se contentent de répétition.

Ils vont jusqu'à reprocher la fidélité aux idées entre deux accusations d'inconstance.
Tout leur est bon pour critiquer, le vrai comme le faux; comme ils sont vite à court d'idées, car la place leur manque, ils ressassent ou ils inventent.

Philippe Renève a dit…

A force de dénoncer la violence prétendue de l'islam, voilà ce qui arrive. Villeneuve-sur-Lot : la mosquée visée par un engin incendiaire et des tags racistes.

Ces agressions qui se multiplient ne sont guère dénoncées par les pourfendeurs de cette religion.

On se demande de quel côté est la violence.

Heredia a dit…

Il m’ arrive de traverser au pas de charge la mini succursale dissidente d’ agoravox, aurais-ie manqué quelque nouvel argument des sectateurs de feu Emile , il n’en avait qu’ un.
J’ y suis donc retourné histoire de me rassurer.
Monsieur Coué en avait lui aussi contre ces spécialistes qui du haut de leur chaire récusaient sa méthode en doute.

Passons donc aux propos de notre monsieur Jourdain de la méthode coué.

Il ne semble pas voir, mais alors pas du tout , que c’est une particularité de cette secte laïque que de tenter d’imposer au monde sa manière, prétendument neutre, de désigner l Islam, par un autre mot qui le qualifie en réalité d’absolue, totalitaire, sans aucune concurrence idéologique acceptable.
Le pot au roses est alors dévoilé, car il y a un sens à ce que la désignation sémantiquement incorrecte de cette religion la renvoie tout naturellement à ses versions extrémistes…
Comme dit l’ autre :" c’est pour ça qu’on le fait "
Avec " musulman " c’est moins facile on ne se risquera pas à parler de "musulmanisme" . Crainte du ridicule ? On a déjà assez donné .

Jourdain qui n’est ni savant, ni sachant, ni saichant, ne sait donc rien de l’histoire du mot savant lequel a beaucoup vieilli par rapport à scientifique ou chercheur. Jourdain joue dans les femmes savantes.

Des propos détournés ? Qui détourne le sens des mots. It’s the game.

lacrima a dit…

Le linguiste Alain Rey disait, dans Le Monde du 28.1.1998, * Dans la vie sociale, les mots nouveaux servent à dissimuler une intention ou une action bien réelle. Donc ils expriment un point de vue politique [...] à côté de leur sens objectif, les mots transmettent des intentions qui peuvent être manipulatrices.


Orwell 1984
"Ne voyez-vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? À la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n'y aura plus de mots pour l'exprimer. Tous les concepts nécessaires seront exprimés chacun exactement par un seul mot dont le sens sera rigoureusement délimité. Toutes les significations subsidiaires seront supprimées et oubliés."

Philippe Renève a dit…

Heredia, lacrima,

Je vois que nous sommes nombreux à juger ces entreprises de la même façon.

Le simple fait de vouloir obliger à désigner la chose critiquée par sa partie la plus détestable, aussi petite soit-elle, est révélateur à la fois de l'intention de falsifier la réalité et de la volonté de manipuler les esprits – ce qui est précisément reproché à l'adversaire.
Par ce genre de procédé on pourrait dire aussi, au gré de la volonté de tromper, l'inquisition au lieu de la chrétienté, le F.N. au lieu de la France, le stalinisme au lieu du socialisme ou les nazis pour les Allemands.

L'emploi de tels artifices renvoie cette critique prétendue à son véritable ressort, la passion, qui s'arme de mauvaise foi là où la raison s'arme d'honnêteté.

Philippe Renève a dit…

P.S. Vous serez certainement tous de mon avis pour ne répondre qu'à des arguments contraires qui aient quelque rigueur et quelque poids.
Nous attendrons sans doute longtemps, à supposer qu'ils arrivent un jour.

emile red a dit…

Il y a un poids dans les idées uniquement lorsque ces idées sont admises à discussion, quand le dialogue se heurte à un mur de mensonge, de haine, de délation et de pleutrerie, il n'y a aucune solution à négocier.

La bêtise de quelques malheureux qui se voient comme porteur de vérités intangibles n'a d'égal que la fatuité de tout Jourdain comme le précisait Hérédia.

C'est perdre son temps que de vouloir parler aux sourds comme de leur faire entendre la raison qu'ils ont abandonnée au profit de phobies insurmontables.

Il est non plus nécessaire de rappeler que la peur est mauvaise conseillère, que les pleutres vivent avec mais, par respect, ne l'impose pas.

Philippe Renève a dit…

Quand la malhonnêteté commence, on ne sait jamais quand elle s'arrête. Les citations tronquées remplacent les arguments solides et la mauvaise foi évidente l'honnêteté des débats.

Certains citent Wikipedia pour argumenter sur l'historique du mot islamisme, mais se gardent bien de citer le passage suivant immédiatement la citation:
"Le terme « islamisme » est réapparu en France à la fin des années 1970 pour répondre à la nécessité de définir les nouveaux courants posant une interprétation politique et idéologique de l'islam et les différencier de l'islam en tant que foi. Pour l'acception actuelle du mot, qu'il est également possible d'appeler « islamisme radical », Bruno Étienne propose la définition suivante : « utilisation politique de thèmes musulmans mobilisés en réaction à l'occidentalisation considérée comme agressive à l’égard de l’identité arabo-musulmane, réaction perçue comme une protestation antimoderne »."

Le même article définit l'islamisme comme différent de l'islam et indique en avertissement "Ne pas confondre l'islamisme (et l'adjectif islamiste) avec l'islam (et l'adjectif islamique)."

Malhonnêtes gens.

Waldgänger a dit…

Salut tout le monde,

Oui, vraiment n'importe quoi cette histoire d'islamisme sur un article que je ne nommerai pas, j'ai déjà vu dans des livres les termes de "shinto" et "tao" tout comme "taoïsme" et "shintoïsme", comme quoi il y a des désignations de religions sans rajouter le suffixe "isme". Il existe aussi des idéologies auxquelles on n'a pas rajouté de "isme, comme la théologie de la libération ou le Juche (une idéologie drôle quand on ne la subit pas), ou encore l'hésychasme, une vieille hérésie byzantine. Dans ce cas, certains n'ont qu'à changer le dictionnaire et imposer l'emploi de "scientologisme". Ce qui me parait, c'est que les idéologies/religions dont le préfixe est connu dans notre langue sont terminées du suffixe "isme", les autres parfois oui (tantrisme, animisme), parfois non, et l'islam est de celles là, peut-être par mesure d'économie linguistique (aucune nécessité du suffixe, le terme d'islam ne pouvant désigner que la religion).

Et à quand l'obligation de renommer les clubs de yoga (yogisme), qui est étroitement rattaché aux doctrines religieuses et philosophiques indiennes ?

Certains suivent la même voie que ce qui a été démontré par les linguistes, comme Viktor Klemperer ("La langue du IIIème Reich"), comment forger une nouvelle langue en travestissant, en dévoyant l'ancienne. Là, l'idée est claire, c'est que vu l'usage antérieur du mot "islamisme" et la manière dont il se situait par rapport à "islam", ne plus employer que le premier pour des prétextes linguistiques grotesques (ce qu'en penserait un linguiste ?) est une manière de dire que musulman croyant = intégriste.

Sur le fond, tout est dit là(http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/caricature-du-prophete-par-charlie-103540#forum3112888), et il y en a encore d'autres en réserve, également utilisées dans la propagande du IIIème Reich.

Ce qui est exposé à certains endroits est à la linguistique ce que Morice est l'histoire des Etats-Unis.

Philippe Renève a dit…

Salut Wald et merci de ton commentaire.

La mauvaise foi de ces gens est patente quand on voit qu'ils prennent l'article de Wikipedia pour référence de l'histoire du mot islamisme en se gardant bien de citer la définition de l'islamisme qui y est donnée:

"L'islamisme est un courant de pensée musulman, essentiellement politique, apparu au xxe siècle. L'usage du terme depuis sa réapparition dans la langue française à la fin des années 1970 a beaucoup évolué. Il peut s'agir, par exemple, du « choix conscient de la doctrine musulmane comme guide pour l’action politique » - dans une acception que ne récusent pas certains islamistes - , ou encore, selon d'autres, une « idéologie manipulant l'islam en vue d'un projet politique : transformer le système politique et social d'un État en faisant de la charia, dont l'interprétation univoque est imposée à l'ensemble de la société, l'unique source du droit ». C'est ainsi un terme d'usage controversé."

Cette définition recoupe tout à fait nos façons de voir et est à l'opposé des leurs. Mais ils le cachent avec soin.
De quelque côté qu'ils se tournent, quelque référence qu'ils prétendent adopter, ils se couvrent de ridicule et montrent avec obstination leur esprit partisan. Leurs argumentations ne tiennent pas debout, ils se jettent d'eux-mêmes dans des pièges grossiers mais continuent comme si de rien n'était à défendre leurs obsessions et à pourfendre ceux qui montrent leur fausseté.

Philippe Renève a dit…

A bout d'arguments, ils ne peuvent plus que cesser le débat en prétendant tout soudain, après avoir soutenu le contraire comme un principe de fond, que le mot islamisme peut être abandonné, ou fuir pi(é)teusement avec quelque grossièreté obscéne en guise d'élégante conclusion.

Lamentable.

Waldgänger a dit…

Je suis navré pour eux, leur site prend une mauvaise tournure, quelque part
Ils vont finir comme riposte laïque ou bivouac id à ce rythme (et ils y sont déjà en partie).

Surtout que la plupart ne sont pas des extrémistes, c'est ça le pire. Ils ont bien un vrai fasciste dans leurs habitués, mais les autres...

C'est vrai que j'ai défendu à un moment des points de vue islamophobes, mais quand on réfléchit, on met en relation de nouveaux éléments, de nouvelles idées, et il arrive parfois que l'on abandonne certains cadres parce que l'on sait que l'on n'y croit plus. A une époque, j'ai pensé aussi que c'était judicieux de chercher dans Muhammad, Mahomet ou peu importe, mais au final, faisons une comparaison.

Imaginons que pour expliquer la crise économique actuelle, les types de relations sociales, le statut des femmes, les rapports entre les individus, selon leurs classes sociales, leurs âges, l'organisation économique, la parenté, l'urbanisme, tous les aspects de la vie en Occident, on se livre à un dénigrement général et que l'on aille éplucher le pseudo-Denys, Isidore de Séville ou Augustin pour y chercher (et croire la trouver, ce qui est pire) la cause. J'ai marché là dedans à un moment, mais je n'y crois plus. D'une parce qu'une aire culturelle n'est pas réductible à sa religion dominante, et de deux parce que notre propre christianisme n'a plus rien à voir avec celui de la Bible, une religion sans clergé, sans pape, sans purgatoire, où satan et la Vierge Marie ont une place quasi insignifiante, sans dogme trinitaire fixé, au corpus accepté fixé tardivement, sans confession. J'ai pu à une époque penser que ce que j'aurais trouvé à côté de mes pompes pour la chrétienté, je pouvais l'appliquer à l'islam, mais là, ça devient impossible je n'y crois plus, et ça n'a rien à voir avec mes conflits avec Disons, c'est un changement graduel qui s'est produit chez moi entre il y a un an et le printemps arabe. De toute manière, la grosse raison pour laquelle je me suis détaché de ce site, c'est qu'un Snoopy ait pu insulter de la manière la plus dégueulasse des millions de citoyens français sans qu'il ait jamais la moindre remarque (pour ses liens vers des sites qui ont des problèmes judiciaires pour cause de racisme, non, c'est postérieur à mon éviction), rien d'autre. Et je ne suis de toute manière pas le seul, il y a Finael qui a fait remarquer aussi que ça passait les bornes. Après tout, je n'allais pas rester sur un site dont les administrateurs trouvaient normal que je me fasse traiter de "loquedu" et de type à exterminer, faut pas rêver.

Au fond, j'ai l'impression d'être proche d'un Armand maintenant, il a toujours eu des termes très durs contre la racaille, mais, alors qu'il connait bien le monde musulman, il n'a jamais considéré que l'islam était la cause principale, pour lui, leur marqueur culturel dominant était celle des ghettos US, même s'il a pu pointer certains aspects rétrogrades spécifiques aux banlieues (la manière de voir les femmes et la sexualité notamment). Et nos banlieusards ont quasiment tout des US, la seule différence (importante) semble être dans le regard sur les femmes. Pour le reste, tout y est....

Soyons francs, je ne parle pas arabe, et de toute évidence Iskender non plus, faire de l'analyse théologique sur un texte à partir de versions traduites ne rime à rien, sauf si l'on admet que ça n'a pas de valeur scientifique. Enfin, quand on voit ce que ça donne avec Mourey, on peut se poser des questions.

Autre exemple, cet été je lis un article sur un mafieux russe qui en prison menait la belle vie en graissant la patte aux gardiens, la police a trouvé entre autres des objets religieux chez lui. Est ce que je vais accuser la religion orthodoxe d'être à l'origine de la mafia russe ?

Waldgänger a dit…

Plus envie de taper sur ce qui est chez nous en Occident une minorité de 10% de la population, discriminée, pauvre économiquement, sans réseaux avec les hautes sphères sociales (LE moyen aujourd'hui), sans richesses patrimoniales, immobilières ni d'héritages (la raison principale des fortunes personnelles), dont les plus jeunes sont condamnés à vie à des boulots minables alternés avec l'aide sociale. Plus envie non plus de prendre UNE PARTIE de la population du Maghreb, de surcroît en grande partie acculturée dans notre pays, comme mètre étalon d'un monde musulman majoritairement non arabe et dont l'état le plus peuplé est à 10 000 kilomètres.

Anonyme a dit…

Correction, quand je parle de la complaisance avec les extrémistes, je ne fais pas mention de COLRE, qui est rentrée dans le lard pour des propos odieux, mais seulement des administrateurs du site, qui eux décident de qui est tolérable ou pas.

Heredia a dit…

Il y a prétention à vouloir introduire dans la sphère publique des qualificatifs afin de pouvoir ensuite par pure gloriole en revendiquer la paternité ( point Clouzot ou point morice ou gauche quantique !)
Le point Godwin, certes, est entré dans l'usage ainsi que le syndrome de pan, l' effet papillon, la reductio ad hitlerum et autres produits d' esprits subtils ou malicieux qui avaient de l'audience.
Mais là on ne dépasse pas la douzaine de fervents.

Sur la négation d'une actuelle différence de sens entre Islam et islamisme il n' y a guère risques de voir le phénomène passer les murs du site en question.
On ne voit pas pas d'islamophobes, en dehors de ceux ci, assez inconscients pour tenter ce brouillage de repères sémantiques répréhensible
1)au nom de la probité intellectuelle en général
2) et même au nom de la science.

Une science qui ne distinguerait pas dans les mots les diverse expressions du christianisme (par exemple) serait une pseudo-science. On distingue la chrétienté,le christianisme,la christologie et puis chrétien et christique, sans parler des différentes allégeances confessionnelles .
Cela vaut pour tous les aires culturelles.
Cela vaut pour l' Islam .

Alors quoi et comment distinguer ? Et pourquoi distingue- t -on maintenant ce qu'on ne distinguait pas hier ?

Parce qu'il faut être précis , une enquête sur les mots révelle qu' debut du XXeme siècle Islam et islamisme (et même mahométisme)ont la même signification. Autour des années 70 "islamisme" est encore défini par "doctrine de l' Islam ".

Oui mais depuis trois décennies s'est affirmé une version intégriste et intolérante de l' Islam et qu'il a fallu la nommer .( l'article de wikipedia l' explique très bien )
Le mot islamisme est donc pris pour un autre usage , avec une signification restrictive .C'est ainsi.

La malveillance de l'intention est patente.On veut aligner tous les musulmans sur les intégristes parce qu'on sait très bien comment est compris "islamisme" actuellement.

Philippe Renève a dit…

Waldgänger,
Merci de tes développements très pertinents et de ta description très juste de ce site qui n'emploie plus que l'insulte comme argument final.

Heredia,
C'est bien ça: désigner la chose à combattre par une de ses parties les plus repoussantes. C'est aussi malhonnête que malveillant.

Philippe Renève a dit…

On notera enfin que, faute de pouvoir combattre encore sur le terrain des idées où ils ont été déconfits, ils s'en prennent maintenant aux personnes, dégoisant des vieux ragots sur nous pour tenter de nous discréditer.
Tout ça n'est pas très reluisant et fleure les techniques de l'extrême-droite, dont ils sont plus proches que jamais.

emile red a dit…

Philippe, tu parles avec justesse de mauvaise foi, mais je crois que ça va beaucoup plus loin.
C'est tout un ensemble de mécanismes intellectuels, conscients ou non, qui sont à l’œuvre.

Nous avons déjà parlé de ces certitudes dogmatiques qui n'autorisent aucune réprobation, mais il y a aussi ces manipulations sémantiques décrites par Hérédia ou idéologiques dénoncées par Wald.

Mais, il est indispensable de pointer les diverses méthodes de censure et de dénigrement, ces façons d'injurier les contradicteurs, de répondre en détournant les propos, de se figer sur les détails en éludant le fond, d'argumenter par euphémismes, de pétrifier les rôles, de se poser en victime, enfin de supprimer toute critique et de réfuter toute erreur, faute ou bavure.

En définitive, ils démontrent par l'absurde que créer un site en réaction à la censure préserve nullement de cet inclination primitive et que de figer son attention sur certains obscurantismes n'exonère en rien ses propres défaillances introspectives.

Ils sont la typique illustration caricaturale du sectarisme et de ses déviations...

Anonyme a dit…

Se targuer d'avoir un avis éclairé et indiscutable sur tout implique de grandes connaissances. A un moment, quand tu connais pas ton texte, il faut improviser, d'où les déviations.

A.

emile red a dit…

Sont-ce des adeptes du sacré saint sens interdit, défenseurs de la vierge giratoire et du Muhammad sans hache aspiré pask'eux courrent sur l'haricot comme imposé par leur dieu banane, leur évangile de Rais, ou leur prophètesse sainte talibane de l'éructation du cul bouché ?

En tout cas, si nous sommes l'annexe de Gogovox, ils en sont l'autel, le bénitier, la cloche, le calice et la lie.

Quelle joyeuse bande de pétomanes...

Anonyme a dit…

Ce qu'il faudrait c'est qu'ils pétent entre eux, sans venir nous empuentir.

A.

Philippe Renève a dit…

Très juste, A !

Toujours aussi orduriers – ainsi la forme est-elle en harmonie avec le fond –, ils proposent maintenant de nous ignorer.

Chiche !

Foehn a dit…

Ils ont été critiqués ici depuis trois jours sur un point précis, sur une supposée avancée théorique, sur quelque chose de prétendu novateur dans la polémique voire dans la science.
La baudruche est dégonflée.

Le reste c'est la ritournelle sur des articles susceptibles de la voir ritourner. Et ça au mieux .
Car en fait la moitié des articles proviennent d' un non lieu conceptuel relevant de l'ufologie, autrement dit c'est "tout" mais c'est aussi "n' importe quoi".
A priori aucun sujet n'est inintéressant mais ce n'est une raison suffisante que quand on veut remplir le vide.
Et c'est bien le cas. Les yeux rivés sur agoravox et son flux incessant d'articles, nos amis sont terrorisés à l’idée de faire du sur place.
Il faut produire parce qu'eux ils produisent. Comportement mimétique,là encore.

F Piffard est passé, il n'est plus revenu.Il nous aurait gratifié d' une belle analyse girardienne du mimétisme, sans oublier l' épisode du bouc émissaire. Quand la zizanie menaçait on en a choisi un et on l'a éliminé,la paix est revenue. Bien sûr que maintenant ils sont tous d' accord. Una vocce .

Waldgänger a dit…

"Ce qu'il faudrait c'est qu'ils pétent entre eux, sans venir nous empuentir."

Une pétaudière en somme...

Franchement, les sites d'extrême droite ne sont pas ma tasse de thé, celui là est trop minable et trop gêné aux entournures pour faire rire. Si vous voulez contempler l'abjection, allez sur des sites comme "lord baudricourt" ou "jewwatch.com", c'est plus drôle. Là, à part l'islam, c'est petit, on a bien un Yohan (et l'ineffable Snoopy1933 mais j'ai assez parlé de lui)qui se lâche un peu sur le RSA en proposant des heures de travail gratuit (voir des mecs avec une telle vision du monde dans l'insertion professionnelle est particulièrement réjouissant, ah ah ah, parce que finalement, oui, on peut leur attribuer des heures, mais au SMIC), mais à part ça c'est faible, on a des dénagations, des profils probablement un peu bidonnés genre Buster (si sa vie était ce qu'il en laisse filtrer, alors pourquoi accepter de causer sur un forum avec un néonazi comme si de rien n'était ?), des mecs qui font semblant de rien voir comme Ranta. La seule pour qui j'ai encore du respect sur ce site est COLRE.

Le seul angle sur lequel ce site est intéressant, c'est sur la dérive vers l'X-droite de certaines catégories de la population. Rappelons encore une fois que ce site a un néofasciste assumé et revendiqué qui poste impunément des liens racistes et a une vision de la société similaire à un Franco ou un Pinochet. Ils sont contre l'extrémisme ? Faut croire alors qu'ils ne maîtrisent pas bien leur bécane et ne savent pas comment supprimer des commentaires ou des comptes. Mais à part le néonazi, qui se reconnaitra et qui lui a toujours été comme ça, les autres sont politiquement au départ dans d'autres configurations. Intéressant, tout comme des sites type Causeur, où l'on voit comment un courant de type "républicaniste" est en train de basculer vers la droite dure et l'islamophobie.

Bon, plus sérieusement, j'ai dit tout ce que j'avais à dire sur nos (très) ex amis, triste site et tristes sires, moi je m'en tiens là, avoir vidé mon sac sur eux n'était pas sans déplaisir mais le sujet est clos en ce qui me concerne, je n'y reviendrai plus.

Bonne journée à vous, je repasserai un de ces quatre, pour parler d'autre chose.

emile red a dit…

Oui Philippe, chiche !

Malheureusement a-t-on déjà vu le baudet se priver d'avoine, le coq cesser de chanter.

Qu'ils chassent donc leur nature, qu'on se gausse à la voir ressurgir au galop.

Philippe Renève a dit…

Foehn,
C'est en effet cette unanimité quasi statutaire (et statufiée) qui trahit et confirme le côté sectaire du groupe: il y a une doctrine, qui ne souffre pas d'écart, et à quoi chacun doit se rallier sous peine d'exclusion.
Sur l'islam, l'immigration, les cultures étrangères, les banlieues, les avis divergents sont immédiatement l'objet d'interventions agressives et les visiteurs doivent se soumettre, sinon le site leur est tout simplement interdit. Il s'agit bien de constituer un groupe homogène, qu'on l'appelle chapelle, groupuscule ou café du commerce, où la discussion n'existe que dans d'étroites limites qui sont les bornes de leurs manies, phobies et obsessions car il s'agit plus de postulats que de raisonnements; la meilleure preuve en est qu'ils sont incapables de les justifier par la logique.

Philippe Renève a dit…

Waldgänger,
Merci et à bientôt. Tu es toujours le bienvenu.

Emile,
C'est bien pourquoi ils ne mettront jamais à exécution leur délicieuse menace de nous ignorer !

lacrima a dit…

Merci Wald: c'est franc, clair et bien informé, comme d'habitude.
Apparemment ils ne veulent plus qu' on en parle .
Pour revenir sur ce que dit Foehn, il faut compter dans le choix des sujets d'article avec l' espérance de longs fils de commentaires.

Faire ainsi de la provoc quitte ensuite, à avouer contrit qu' on n'avait écrit contre son intime conviction en occultant néanmoins que c'était pour faire du Buzz. C'est se faire le vénal avocat du diable. On s'en sort une fois, ça risque vite de lasser.

A moins qu'on ait réellement exprimé sa pensée sur le dopage tout en espérant faire du buzz!

Philippe Renève a dit…

Un excellent avis, plein de bon sens et de mesure, sur la triste affaire de Chambon-sur-Lignon, sur le blog Actualités du Droit: Agnès : La justice a-t-elle dysfonctionné ?

Waldgänger a dit…

Bah, lacrima, Agoravox aussi souffre énormément de ça, à un moment, il faut sortir de la réaction et réfléchir, prendre un peu de temps et de recul, c'est aussi bête que

Et pour avoir fait des articles sur des sujets peu vendeurs, et peu vendus, je ne ne m'en suis pas porté plus mal, avoir trois commentateurs intéressants et des votes positifs est suffisant, du moins pour moi.

@ Philippe

J'ai un peu de mal à voir ce jeune en liberté. Déjà une chose que je n'ai lue nulle part, un mineur délinquant ou criminel doit vite être jugé, parce qu'à cet âge là, passer des mois en attente de jugement affaiblit le sens de la sanction. Là, ce n'était pas le cas. Deux, les faits de viol antérieurs semblaient quand même bien caractérisés, et dans ce cas, dur de le mettre dans un lycée ordinaire, surtout quand on a des problèmes de stupéfiants. Et ce qui commence à ressortir des témoignages d'élèves, c'est que le comportement de leur camarade avec les filles était très déplacé, et dans ce cas, il aurait fallu faire le lien entre ses antécédents de 2010 et les signes avant-coureurs qui ont précédé, et pour moi, dans un cas de passé aussi lourd, entre les institutions, les informations doivent circuler. La présomption d'innocence oui, mais si le type avait des obligations de soins, c'est que sa culpabilité était hors de doute.

Une structure d'accueil pour jeunes à antécédents doit savoir la raison de leur arrivée, sinon, on ne sait pas sur quoi travailler, ni les choses à prévenir. Là, on était dans un établissement qui avait une partie du public dans ce style. Quant à la possibilité de demander les causes du séjour en prison par l'établissement avant inscription, une famille peut raconter une histoire moins grave, type trafics de cannabis.

emile red a dit…

Lacrima, il faut les comprendre.

L'unique objet de leur église consiste à épancher leur amertume contre Gogovox et contre nous, à ces fins ils ont créé un dogme, tout un lexique nébuleux, une rhétorique confessionnelle et le buzz est leur grand messe, qu'un de ces ingrédients disparaisse et leur cathédrale de néant s’effondre.

Nos histrions prêchent à chaque mot et comme toute secte leurs gesticulations n'ont aucune cohérence hormis celle de régenter leurs moutons...

emile red a dit…

Philippe,

Dans cette affaire, de quel côté on se tourne, on met les pieds dans la boue.

On remarquera seulement que d'un fait divers dramatique, la presse se gargarise, tout un chacun a son avis ou l'avis contraire, que certains en profitent pour remettre en cause toutes les valeurs morales de notre société et qu'une fois de plus, la dix septième je crois, nos politiques vont marcher sur la justice, sur les citoyens, sur les familles pour se faire mousser et pondre une loi stupide inapplicable et ruineuse.

Ce n'est pas de la mesure ou du bon sens qu'il faut aujourd'hui pour regarder en face ce genre d'évènement mais une sacrée dose de courage et d'inconscience...

Philippe Renève a dit…

Je ne voulais pas commenter cette affaire terrible, qui est tout sauf simple. Mais l'avis de l'avocat sur le fonctionnement de la justice est intéressant.

En tous cas, il est navrant et honteux que des politiques en tirent parti.

Lacrima a dit…

"L’ironie est une arme essentielle de la stratégie argumentative parce qu’elle rend le récepteur complice, qu’elle l’oblige à parcourir la moitié du chemin dans l’adhésion à la thèse. L’opinion se dissimule en effet derrière une formulation strictement inverse ; aussi le lecteur doit-il être attentif et réagir aux indices qui la lui indiquent :L’ironie est une arme essentielle de la stratégie argumentative parce qu’elle rend le récepteur complice, qu’elle l’oblige à parcourir la moitié du chemin dans l’adhésion à la thèse. L’opinion se dissimule en effet derrière une formulation strictement inverse ; aussi le lecteur doit-il être attentif et réagir aux indices qui la lui indiquent :

Lire la suite sur : http://www.etudes-litteraires.com/argumentation.php#ixzz1eNmGF7Ka

On évitera donc de préciser en fin de texte qu'il s'agit d' un texte ironique , ce serait avouer qu' on doute de ses capacités à avoir bien distribué des indices.
(effectivement on les chercherait en vain dans ce texte sur les bienfaits du dopage.

Toute l' ambiguité vient de qu'il a été précisé : texte provocateur.
A la limite il provoquerait l' affliction mais pas la levée du doute sur les convictions de l'auteur.
Voilà en quoi ce texte prétendu ironique plus vrai que vrai, est si vrai qu' on s'y croirait
et d'autant plus qu'on a déjà vu l'auteur défendre en conscience des thèses largement aussi absurdes.
(vaccinons les tous Dieu reconnaîtra les siens) )

Philippe Renève a dit…

Bonjour Lacrima

Il ne faut pas lire tout ce qui arrive sur votre écran... D'autant qu'avec l'insulte, l'ordure et l'obscénité triomphent sur ce site; le fond en était déjà peu engageant, la forme le rend infréquentable.

Anonyme a dit…

"Tous banksters"! énonce le dirlo
Confondant, disons! Lui qui nous avait sorti des titres d'économiste, marxiste de surcroît, le voilà reprenant une rengaine à la Bayrou, voire à la Fillon.La crise bancaire s'arrête à la frontière hexagonale...Jamais lu certains économistes us
Tous coupables de la crise!
Couvrons-nous de cendres, mes frères...

Philippe Renève a dit…

Anonyme, il y a des prétendues analyses qui ne dépassent pas les propos de café du commerce; les commenter est inutile.

Rappelons aussi aux inattentifs qu'une mauvaise copie ne remplace jamais un original célèbre: Le changeur et sa femme de Quentin Metsys.

emile red a dit…

Aux dernières nouvelles, on y serait, RMC annonce ce matin que la suppression de la durée légale du travail serait dans les tuyaux du programme Sarko.

Aussi bizarre que ça puisse paraître je connais pas mal d'entrepreneurs qui vont faire la g..., la fin des 35 heures va leur coûter un maximum par la suppression des exonérations sur les heures sup, la fin des aides au bas salaires, la renégociation des tarifs horaire, la pression des syndicats sur l'embauche et le maintien des revenus.

On va peut-être les voir avec banderoles et pancartes devant le ministère du travail faire face aux matraques des casqués.

22 milliards d'économie annonce le journaliste "bien informé", fort à parier que l'augmentation du coût du chômage induit ne soit pas comptabilisé dans ces recettes de sauce "fonce dans le mur".

Philippe Renève a dit…

Allons, allons, Emile, les avantages accordés aux entreprises ne vont pas être supprimés comme ça. Sinon, qui voterait pour Sarko ?

emile red a dit…

Philippe, il y a entreprise et entreprise, toutes ne versent pas à la caisse spéciale Helvétique...

Philippe Renève a dit…

Nous sommes bien d'accord; mais les largesses de Sarkozy ont précisément oublié en grande partie les PME et TPE pour arroser (avec notre eau) les grands groupes de ses "frères" et les banques. Et il ne les laissera pas dans la nécessité, sois tranquille.

emile red a dit…

J'ai aucun doute là dessus, malheureusement ce sont les PME qui ont joué le jeu des 35 heures sans en tirer beaucoup d'avantage hormis les exonérations sur les bas salaires qui vont faire les frais de cette politique de destruction du pauvre tissu économique qu'il nous reste.

Les grosses boîtes, elles, ont depuis longtemps délocalisé ou trouvé les moyen de compenser les réductions d'horaire en encaissant toutes les aides sociales et fiscales possibles et même plus...

As-tu vu le gymkhana que nous font les pétroliers ces temps-ci ?

Pendant des mois ils nous ont affirmé que le 95 était plus cher parce que plus cher à raffiner la demande étant plus faible, et depuis quelques jours, il nous augmentent le gazole sous prétexte que lorsque la demande croît le prix augmente... l'art de toujours se retrouver sur ses pattes avec la bénédiction des premiers actionnaires que sont l'état et les politiciens...

Il est vrai que Ma'ame Lagarde ne garde plus ce qu'elle n'a jamais gardé en feignant de le faire

Philippe Renève a dit…

Les pétroliers, avec la bénédiction intéressée de la Sarkozie, sont les spécialistes de l'amorti à la baisse: si le brut, les taxes, la demande augmentent, le prix en fait autant sur l'instant, même pour le carburant déjà dans les cuves, qui, miracle de la technique moderne, est influencé par ces événements. Mais s'il y a des pressions à la baisse, toutes les compagnies, avec un ensemble touchant bien que fortuit, se hâtent précipitamment de modérer la baisse de leurs prix, sans doute pour rendre service aux consommateurs qui autrement regretteraient tristement d'avoir acheté trop tôt.

Des bienfaiteurs de l'humanité, qui compensent leur propension à ne pas payer un sou d'impôts par une philanthropie auprès de laquelle Saint Vincent de Paul passe pour un monstrueux égoïste.

Philippe Renève a dit…

Que de nouvelles...

Omar Bongo aurait financé la campagne
de Sarkozy en 2007

Affaire Karachi : Thierry Gaubert mis en examen pour « subornation de témoins »

Le petit Nicolas commence à entendre siffler les balles tout près.

emile red a dit…

Comment ça ils se sont gaubertgés au son des bongos en mangeant le omar du Fouquet's.

Tu ne vas tout de même pas croire aux allégations diffamatoires d'une princesse titiste, autant suivre les recommandations de Machin & Poor...

emile red a dit…

Un rapport passé sous silence...

Comment les médias suivent béatement les dires du gouvernement qui, pour occuper le terrain et les esprits, n'a de cesse de nous faire peur afin de masquer ses incompétences économiques et ses responsabilités sur l'état des finances publiques.

La délinquance n'est pas ce qu'on nous dit.
.

Philippe Renève a dit…

Ah oui, merci Emile, ça c'est passionnant et montre la manipulation des statistiques par les Sarko-Guéant.

Waldgänger a dit…

Salut Philippe et tous les autres,

Le gros déclencheur de cette crise, ce n'est pas un problème moral, mais technique, quand les inégalités augmentent, il est logique que les classes les moins riches cherchent à emprunter. Les banques, elles ne peuvent pas trop refuser car il y a de toute manière moins de gens solvables et il y a aussi les intérêts bancaires à verser aux déposants.

En plus, plus les inégalités augmentent, plus les investissements des plus favorisés ont un caractère spéculatif. Or ce mécanisme est en place de manière flagrante depuis le milieu des années 90, il ne faut pas s'étonner du résultat.

Les sociétés trop inégalitaires dans la répartition des revenus sont fragiles économiquement et sujettes aux crises telles que nous les connaissons.

Philippe Renève a dit…

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je suis plié en deux depuis hier en lisant les énormités, les âneries faramineuses qui s'écrivent sur le net en matière économique: la dette de l'Etat, les banques, les déficits commerciaux, le pouvoir d'achat, la répartition des revenus, on fait des petits papiers, on met tout ça dans un chapeau, on mélange en touillant fort et on tire au sort.

Des espèces de cadavres exquis composés par des andouilles de compétition dont l'abyssale ignorance en matière économique justifie sans doute qu'ils manifestent des opinions aussi impérieuses que leur ton de je-sais-tout.

Mort de rire.

Philippe Renève a dit…

Salut Wald.

Les inégalités croissantes provoquent en effet en économie des phénomènes pervers comme une moindre propension à consommer et une épargne dirigée vers la spéculation.
Pour l'endettement, en France il est plus celui de l'Etat que celui des citoyens, à l'inverse des USA où la colossale dette privée se compare à nos dettes publiques européennes.

Philippe Renève a dit…

Ce n'est pas une surprise, mais une confirmation de la véritable nature de Riposte Laïque dans cette vidéo où C. Tasin est très claire à ce sujet.

emile red a dit…

Nous continuons avec les atteintes à la santé par le milieu interlope de l'industrie pharmaceutique et médicale.

Après les soubresauts des promotions douteuses à l'AFSSAPS, il se trouve encore une faune politico-financière qui veut nous expliquer que la santé peut évoluer uniquement par le domaine privé et que l'état n'a aucune autorité à y jouer un rôle.

emile red a dit…

Philippe,

Emmanuel Todd a trouvé le mot exact : hystérisation.

Il est notable que le cœur du problème est entièrement lié non à la radicalisation d'une communauté ou d'une autre, mais au total dévoiement de la loi de 1905 par des intégristes autoritaires, intolérants et faussement assimilationnistes.

Or le constat de Chebel ou de Krieger est d'une logique imparable, ce problème est inhérent à ce même mode de pensée qui est intransigeant et aveugle sur les différences, qui refusent le palier de l'intégration mais exige la disparition immédiate de la diversité culturelle.

De fait, ils interdisent l'évolution pour une meilleure intégration vers une assimilation possible mais veulent imposer cette assimilation en interdisant l'accès aux outils pour y parvenir.

Ils ont troqué, au nom de la loi sur la laïcité, le sens même de cette loi qui était la pacification de la société contre leur vision belliqueuse des rapports sociaux.

Mais ce qui est le plus frappant dans cette schizophrénie, c'est de voir des gens prétendant lutter contre les discriminations des pauvres, (des riches (?),) des femmes ou contre la ségrégation ethnique, qui ne conscientisent pas que les radicalisations sont le résultat de leur rigidité réactionnaire et de leur incapacité à accepter l'hétérogénéité humaine et culturelle d'une société.

Philippe Renève a dit…

C'est bien ça, Emile: ces gens-là vont jusqu'à soutenir sans gêne que notre culture est supérieure aux autres. La conséquence est cette condescendance teintée de mépris qui s'apparente de très près au colonialisme.

L'islam, qu'ils assimilent à la culture arabe qu'ils détestent, est logiquement haï et pourfendu en l'accusant de tous les maux, y compris l'intégrisme puisque pour eux un musulman suit à la lettre tous les préceptes du Coran: pour RL et ses suppôts, l'islam est intégriste ou n'est pas.

L'absurdité de cette idée ne leur apparaît pas un seul instant, aveuglés qu'ils sont par la haine de tout ce qui peut s'opposer à la belle civilisation européenne qui a produit tant de bien-être et de bonheur dans le monde: Verdun, Auschwitz, Dresde et Guernica.

Hajar a dit…

Merci Philippe pour le lien vers cette video

Red a tout fait raison. Si la laïcité est comprise comme la pause de combattants sur une ligne de front c'est que ces combattants se battent en fait pour autre chose que laïcité.
D' où leur accointance avec les identitaires.
La laïcité se comprenait à l'origine comme un traité de paix pas comme un cessez le feu provisoire.

Philippe Renève a dit…

Bonjour Hajar (qui répond à Emile!)

En effet, pour certains la laïcité est un combat, mais seulement contre ce qu'ils détestent déjà; elle n'est qu'un habillage convenable de leur haine qui, nue, serait un peu trop visible.

emile red a dit…

Encore que Guernica est une belle œuvre...

Il est exaspérant de voir des gens qui font montre d'humanisme pour bien d'autres causes, se refermer comme des huitres sur un sujet qu'ils maîtrisent rudimentairement sous l'effet d'une partialité qui leur est soufflée par toute une cohorte de va-t-en guerre bien plus motivés par divers intérêts mercantiles ou idéologiques que par lucidité et sagesse.

Après le siècle d'abominations que nous venons de quitter, comment des gens doués d'intelligence peuvent-ils encore fondre sous les ritournelles des haines en tout genre, comment les leçons catastrophiques de l'histoire peuvent elles disparaître au moindre sursaut de folie meurtrière.

Sous prétexte d'un exemple, comment peuvent-ils nier les milliers d'exemples contraires et y assimiler des millions d'êtres qui ne désirent que vie paisible et anonyme quand à leur porte les vieux relents du XX ème cognent à tout rompre.

Décidément je ne comprends pas, je ne comprends pas que des gens puisse se défaire de leur liberté, de leurs idéaux pour plaire, pour suivre le troupeau ou perdre leur libre arbitre pour adhérer à tant de tromperies manifestes.

Comme si l'humanisme pouvait être sélectif, ressembler à un fromage statistique dans lequel on choisirait sa cause à l'encontre de toutes les autres.

Il est vrai qu'il est de bon ton d'ânonner Machiavel et d'agonir l'humanisme et Montaigne, pourtant que seraient les Lumières sans Montaigne et que serions nous sans les Lumières...

emile red a dit…

La folie en résumé :

Je défends cette femme parce qu'elle est femme mais je l'injurie parce qu'elle porte le niqab mais je la défends parce qu'elle est pauvre mais je l'injurie parce qu'elle profite des aides sociales mais je la défends parce qu'elle est mère mais je l'injurie parce que ses gosses sont délinquants mais je la défends parce qu'elle fait un bon couscous mais je l'injurie parce qu'elle ne veut pas retourner au bled.....

On reprend depuis le début ?

Philippe Renève a dit…

Oh, c'est bien plus simple pour certains: ils ne veulent même pas savoir qui est sous le niqab...

Ces gens-là n'apprécient pas du tout Montaigne et son scepticisme: ils ont une idée bien formée sur tout, de la dette française aux groupes de rock et de la relativité généralisée à la botanique. Pas d'hésitation, pas de juste milieu, pas de modestie: des certitudes, toujours et encore.
Cet état d'esprit ne peut mener qu'à un extrémisme dans certains domaines, par exemple le football, la météo ou l'islam selon les goûts de chacun. Le supporter de foot cultivé à la Kro n'a rien à envier à l'islamophobe qui prend ses références chez Riposte Laïque et ses amis aux cheveux courts.

Philippe Renève a dit…

Une nouvelle bien peu diffusée: les banques tentent de traiter à leur manière l'accord européen sur la dette grecque.

"Ainsi, les banques veulent échanger 100 de créances qui ne valent rien contre 50 de créances au remboursement garanti et servant pendant 20 à 30 ans un taux d’intérêt très élevé. Une véritable rente sur le dos des Grecs ! "

Ces banques sont décidément la plaie de l'époque contemporaine; elles provoquent des crises qui affaiblissent toute l'économie, se font renflouer par les Etats et repartent de plus belle à la chasse au profit sur le dos des citoyens.

Et dire qu'il suffirait d'un peu de réglementation pour empêcher tout ça... Mais elle supposerait que les pouvoirs politiques se préoccupent plus de l'intérêt général que de celui de leurs amis financiers.

Une utopie, en quelque sorte.

Philippe Renève a dit…

Une trouvaille, les amis: une vision très décapante de la sphère l'Oréal par nos amis suisses, qui ont de l'humour en plus du chocolat.

L'Oréal, une saga bien française.

C'est curieux comme cette vidéo n'est pas connue ni diffusée dans notre beau pays...

Philippe Renève a dit…

La police est parfois très efficace.

On aimerait qu'elle le soit aussi dans des domaines plus fâcheux pour les citoyens.

Philippe Renève a dit…

Un rappel du triste sort de Salah Hamouri, Français emprisonné en Israël sur des accusations fallacieuses, dont on parle bien peu.

Philippe Renève a dit…

Attali n'y va pas par quatre chemins.

"[A Noël]Il y a plus d'une chance sur deux pour que la monnaie unique ne soit plus là ou du moins qu'elle soit en train de se défaire".

Il tente de débloquer la situation en fichant la trouille à l'Allemagne qui refuse que la BCE rachète de la dette des Etats, ce qui est une position stupide et intenable qui fait le jeu de la spéculation.
Il faudra bien que Merkel cède, car la spéculation commence à douter de l'Allemagne. Sans recul de Merkel, elle finira par s'attaquer à tous les pays, puisque les gouvernements, complices de la finance, refusent de la juguler.

Philippe Renève a dit…

Encore une nouvelle passionnante, qui révèle au passage qu'Air France fait réviser ses avions... en Chine !

Vous avez dit délocalisation ? Merci Air France !

C'est étrange comme j'ai parfois des envies de de flanquer des baffes à certains patrons. Bizarre.

Anonyme a dit…

http://www.ledauphine.com/france-monde/2011/11/25/un-garcon-de-11-ans-mis-en-examen-pour-viol-sur-une-fillette-de-6-ans

Quelles solutions pouvons nous trouver à ce genre de situation. De plus en plus jeunes.

A.

Philippe Renève a dit…

C'est effrayant, en effet. Mais ce genre de chose a sans doute toujours existé; les voyous, même très jeunes, ne datent pas d'hier. Ces faits largement occultés autrefois sont aujourd'hui dénoncés, fort heureusement.

Par parenthèse, on peut se demander pourquoi ce mot de voyou est pratiquement tombé en désuétude. Les médias ne parlent plus que de "jeunes" ou de "jeunes des banlieues" ou "des cités", ce qui est plutôt insultant pour tous ceux qui ne sont pas des voyous.
Sans doute une volonté de stigmatiser des quartiers, des populations, voire des communautés. La presse Sarko est très forte pour ça: parler de "un jeune du 9-3" évoque immédiatement les populations immigrées; ce n'est pas un hasard.

emile red a dit…

A Anonyme,

Comment peut-on affirmer qu'ils sont de plus en plus jeunes ?

La seule assertion possible est que ces situations sont de plus en plus médiatisées et les canaux de diffusion étant plus nombreux entrainent de plus en plus et forcément une course aux scoops.

Philippe Renève a dit…

Emile,
On a rédigé en même temps et dans le même accord !

emile red a dit…

Philippe,

Attali, comme Minc ou BHL, est un extralucide intrinsèquement lié aux différents pouvoirs, il ne peut être que juge et partie et par conséquent ses diatribes tendancieuses.

Malgré tout, l'Allemagne commence à poindre son nez dans la pente dégringolante chez Machin & Vroum, les situations financières de la plupart des Landers ne serait pas celles déclarées et leur dette bien plus importante qu'annoncée.

Sarkel et Merkozy vont faire pâle figure quand ils vont vouloir imposer leurs panacées personnelles à la Hongrie qui plonge et à la Hollande qui bafouille...

Philippe Renève a dit…

Bien sûr qu'Attali est tendancieux. Une catastrophe pour terminer le quinquennat de Sarkozy ne serait pas défavorable au PS auquel il reste attaché... Ministre de l'Economie, pourquoi pas ?

Foehn a dit…

Je ne suis pas persuadé du tout qu' Atali soit Minc ( encore moins BHL). Certes Attali est un grand bourgeois ,polygraphe touche à tout et exaspérant sous ce rapport ! Oui mais ! Est- ce que ça suffit pour ne pas l' écouter parfois?
C'est un cosmopolite dans l' âme .Oui mais ! S' agit il de ça ?
Ne fait-il pas travailer là sa raison plus que son sentiment?
Ainsi ses solutions sont européennes et non souverainistes.
Quand on voit la Hongrie laquelle s'est dotée d' un gouvernement très conservateur et souverainiste on peut avoir de sérieux doute sur la pertinence souverainisme actuellement en Europe.

Philippe Renève a dit…

Bonjour Foehn

Non, on ne fera pas à Attali l'injure de le rapprocher de Minc ou BHL. Mais il est à la fois trop retors et plein d'idées pour ne pas en avoir une derrière la tête.

Anonyme a dit…

"trop retors et plein d'idée"nous en avons à revendre dans tous les Etats. La question est de savoir si ces "défauts" ou "qualités" peuvent servir leur pays. Deferre était d'une intelligence diabolique, d'une honnêteté limite, mais il a fait plus pour "sa ville" que tous les suivants. Il n'y a qu'à voir l'état de Marseille aujourd'hui.

A.

Foehn a dit…

"les socialistes se remémorent avec amusement ce jugement de François Mitterrand sur celui qui fut son sherpa : "Attali est le seul à avoir cent idées par jour. Je suis le seul à savoir laquelle est la bonne..."" (je cite! )

sur Deferre
J'ai cru entendre, un jour, un expert en mentalités comparées dire que les français passaient plus facilement que les anglo- saxons sur les fautes morales ( voire les malhonnêtés) des politiques si par ailleurs ceux- ci étaient pragmatiquement efficaces .

Philippe Renève a dit…

Le puritanisme anglo-saxon exige que les hommes politiques soient irréprochables. Il doivent donc être plus discrets que les Européens dans leurs frasques de toute sorte...

Et puis n'oublions pas que contrairement à notre pays, les pressions sur les journalistes et la justice y sont très impopulaires et donc limitées.

«Les plus anciens ‹Précédent   1001 – 1200 sur 1476   Suivant› Les plus récents»