vendredi 4 février 2011

Recette du chaud-froid de PS à la diable

Le parti prétendu socialiste ressemble de manière de plus en plus frappante au radical-socialisme des troisième et quatrième républiques: il n'est plus qu'un conclave de notables dont le but n'est plus d'appliquer des idées à la politique, mais de prendre et de conserver du pouvoir, à quelque échelon que ce soit, de la commune à la présidence de la république, par tous moyens légaux excepté la fidélité à des idées de gauche.

Aussi est-il possible de métaphoriser gaiement en élaborant la

Recette du chaud-froid de PS à la diable

Prendre un joli cuissot d'espoir fervent. Le barder généreusement de protestation tonitruante découpée en promesses intenables.

Laisser mariner une nuit (avant une aube radieuse, de préférence) dans un mélange à parts égales d'opportunisme poivré et de compétition destructrice.

Saisir au gril à feu nourri. Braiser deux heures avec un demi-litre de libéralisme néoconservateur très sec, un tour de moulin de socialisme (largement suffisant) et une cuiller à soupe bombée de déréglementation. Goûter et si le brouet est fadasse, ne pas hésiter à épicer de déclarations contradictoires, prises de position rétrogrades et mollesses complices. Ne pas abuser de l'humanisme, il n'est pas apprécié de tous.

Napper largement d'une sauce onctueuse de démagogie sucrée-salée montée à l'électoralisme et déglacée d'un fond de jésuitisme selon la température des sondages.

Servir très tiède.


14 commentaires:

emile red a dit…

Passe moi le sel de l'économie de marché...

Pour joindre l'utile à l'agréable, et compléter le repas, une petite entrée en provenance directe de la Troisième République et cher à Bégles
d'où je viens et dont c'est la spécialité maraîchère :

Les radicaux socialistes sont comme les radis, rouges à l'extérieur, blancs à l'intérieur et toujours près de l'assiette au beurre...

Il ne manque plus qu'un dessert au profil "glassnost" mais pas trop froid, ça dérange les défenses d'éléphant...

ardèche a dit…

Ajoutons du thym, de la marjolaine, quelques fleurs de lavande. Voilà un plat dont nous n'avons plus le goût, seule l'odeur fugace traîne, mais alors fugace...

ardèche a dit…

Quelqu'un connaît la recette du bouillon de onze heures ? Va falloir s'entraîner.

Philippe Renève a dit…

Quelques végétaux bien choisis, comme la morelle, l'aconit, le colchique, la belladone, peuvent être d'une précieuse utilité...

ardèche a dit…

oui, je suis vampirella...Je nierai, c'est vous qui avez fourni les éléments! :-)

Philippe Renève a dit…

La main qui arme n'est pas celle qui frappe !

emile red a dit…

Philippe nous jouant Locuste et Ardèche en Agrippine.
N'ayant rien de Claude, je m'en vais de ce pas fuir les abominables arrières boutiques d'apothicaires licencieux.

Fuir d'avant cuire est ma devise...

emile red a dit…

En Brinvilliers, Ardèche vous ne vous en extirperez pas et je ne serais votre Picot en confesse quand on vous pendera.

En Voisin, ne comptez point sur ma doulceur qui me ferait Sevigné pour vos louanges chanter.

...

emile red a dit…

Aux socialos dans leur suivisme idéologique de la crise, on peut dire qu'ils sont mi-figue mi-raisin...

A Sarko dans son insane logorrhée contre la justice, qu'il est mi-pig mi-restreint...

Anonyme a dit…

Bonsoir Philippe, à tous
Avec quelques petits pots de vin, quelques piquettes venues de nos régions.

Causette

Philippe Renève a dit…

Bonjour Causette

C'est sûr: les gros(ses) légumes qui palpent du blé et de l'oseille mais ramassent des piquettes et des bouillons aux élections méritent des coups de nougats dans les noix.

Causette a dit…

Catastrophe! j'ai perdu mon image

ardèche a dit…

Emile,

Attention, je me suis débarassée de beaucoup de monde! Vous ne me soutiendrez pas? Le poison d'un esprit marseillais-ardéchois ne connait pas( pour le moment) d'antidote. Et puis la gironde n'est pas très loin. Dormez braves gens j'arrive. Sourire, sourire, sourire.

Anonyme a dit…

Bonjour Philippe. Très heureux de vous retrouver enfin libre. J'en parle d'ailleurs par là.
http://vanrinsg.hautetfort.com/
J'avais prévu ce qui vous est arrivé

L'enfoiré