vendredi 5 août 2011

Les aveux de Philippe Renève

Devant les vérités justement publiées par un site internet admirable de courage et de dévouement et las de tant de mensonges, de faux-semblants et d'hypocrisie constante de ma part, j'avoue.

Oui, je suis un monstre assoiffé de sang.
Oui, je torture nuit et jour ma femme, et je vais jusqu'à la priver ignoblement d'ordinateur, ce qui se situe dans les mauvais traitements entre l'infibulation et le vitriolage, afin de la cantonner dans un esclavage dont la simple idée révulse les plus indulgents humanistes.
Oui, elle n'est plus qu'une plaie béante suppurant sous mes coups quotidiens et seule la menace continue la dissuade de me faire jeter sur la paille humide des cachots.
Oui, j'arrache tous les jours un ongle à mon fils, dont les petits doigts sanglants ne tiennent un crayon que parce que je l'y force à coups de nerf de bœuf quand j'ai bu, c'est-à-dire chaque jour à partir de dix heures du matin.
Oui, je me vautre abominablement dans la fange odieuse de mon ignominie comme le sanglier dans sa bauge putride, et dans la boue des sentiers pour pouvoir accuser la terre entière et mes plus fidèles amis de comploter contre moi.
Oui, j'adore les islamistes les plus pervers, surtout lorsqu'ils mettent enfin leurs visées terroristes en application, et j'applaudis avec l'enthousiasme le plus frénétique tous les attentats, surtout aveugles et tuant beaucoup d'enfants.
Oui, je prétends, contre toute vraisemblance, qu'il existe des musulmans modérés, dans une honteuse entreprise d'islamisation des esprits afin de perpétrer plus aisément d'autres crimes contre la liberté et les hommes.
Oui, j'approuve et je chéris tendrement les religions les plus intolérantes et les pratiquants les plus fanatiques, les philosophies les plus barbares et les idéologies les plus fascistes.
Oui, je soutiens quoi qu'ils fassent les Etats-Unis, Israël, l'Iran, la Libye, Sarkozy, Hamid Karzaï et Astaroth.
Oui, je nomme cultures des coutumes abominables, des sacrifices humains et des asservissements monstrueux des peuples et des hommes, afin de celer mon goût inhumain pour ces pratiques ignobles.
Oui, je dissimule adroitement ces complaisances épouvantables sous le couvert hypocrite d'un humanisme de façade qui se plaît à excuser pour mieux justifier.
Oui, j'ai persécuté mes amis les plus chers, par une simple volonté sadique, qui est à ma nature ce que l'altruisme et l'amour du prochain sont à leurs personnes.
Oui, j'ai massacré une grande partie de ma famille, dans des accès de colère épouvantable, à l'arme blanche le plus souvent, car j'adore voir couler le sang hideux de ceux que j'aime.
Oui, je mens encore en écrivant tout cela, parce que le mensonge, la duplicité et la haine des autres me gouvernent sans cesse, et seuls l'exemple et l'onction admirable de grands hommes a pu quelque temps me faire devenir un peu moins mauvais.
Oui, je les loue et les louerai jusqu'à ma mort de m'avoir élevé pendant des mois au-dessus de mon ignoble condition, et de maintenant me rappeler avec la plus dévouée patience, la plus scrupuleuse honnêteté et la délicatesse la plus charitable dans quelle dépravation morale je me complais au milieu des délices les plus perverses.

Oui, mes chers amis, dénoncez, criez, frappez, blessez tant qu'il vous plaira de me manifester ainsi avec tant de générosité votre attention amicalement critique. Merci pour tous ces coups salutaires, portés par vos bras bienveillants avec la force la plus miséricordieuse. Je ne les parerai pas, car ils sont justes. On se défend contre des armes, pas contre la vérité.

28 commentaires:

rocla a dit…

Exactement ce que je pensais , un ignoble individu . Entre Landru et Petiot .

Que fait la Police ?

Police ? = Picole

Philippe Renève a dit…

Attention, Monsieur Guéant (Dieu l'ait en Sa Sainte garde) va sévir, Rocla...

Anonyme a dit…

En voilà une belle confession. N'est pas un affreux qui veut, il faut y mettre beaucoup d'attention et de persévérance.

Jeanne

emile red a dit…

Taing, mais t'es de gôche ?

Vazi, j'parle pas à des enc d'mec qui s'croie humanisme alor qui lèche l'cul d'l'imam.

D'ta race en pusse tu m'prend pour un boufon, Amed y dit qu'ta meuf è t'marave tou les jour.

Si j'te croise j'te plante rebeu d'mes deux.

Philippe Renève a dit…

Ouah ta mère eh, kes' tu manges tes mots pendant l'ramadan toi, infidèle ?

Philippe Renève a dit…

Jeanne,

Bienvenue.

En effet, c'est une ascèse qui demande une constante abnégation dans l'art de nuire aux autres.

Philippe Renève a dit…

Rocla,

A propos, j'ai toujours trouvé ce Monsieur Landru fort sympathique, plein de qualités humaines et d'une exquise urbanité, paraît-il. Ce ne sont pas ses petites maladresses envers quelques femmes perdues qui peuvent entacher une aussi aimable personnalité.

Quant au brave docteur Petiot, ses petites manies vénielles ne peuvent faire oublier les services rendus à son pays.

Excusez-moi, mais je dis maintenant ce que je pense, sans plus travestir ma pensée...

emile red a dit…

Philippe, tu oublies que ces messieurs ont fait progresser la science.
Qu'en serait-il du chauffage central sans eux ?

En plus de quoi, ils ont offert au cinéma de grands acteurs qui seraient peut-être passé inaperçus sans leur coup de pouce.

Philippe Renève a dit…

Ah ça, il ne faudrait pas me pousser beaucoup pour que je les considère comme des bienfaiteurs de l'humanité, catégorie chauffagistes et inspirateurs de chef-d'œuvre.

Philippe Renève a dit…

Ainsi le Landru de Chabrol avec Charles Denner était-il excellent. Sans Landru, pas de film.

[Mais oui papy, retourne à ton fauteuil, voyons]

rocla a dit…

Sans oublier l' invention de la minuterie hydraulique par Landru pour permettre une viande " saisie " à point " ou saignant " selon l' humeur du jour .

Que l' on me permette de dire ici haut et fort le courage et l' abnégation de Philippe pour avouer et faire savoir à la face du monde que l' humain qui est en nous est à l' image des pires turpitudes bassesses et indignités . Le déshonneur la honte et l' opprobre publique vont nous poursuivre ad viteam éternuam amen .

Atchum .

Philippe Renève a dit…

A vos suaves souhaits.

emile red a dit…

Que le saigneur soit avec toit...

Philippe Renève a dit…

Amen, ite.

emile red a dit…

Amen, fils, t'es Nessy ? Wha bidou bidou da !

Direct from Ness lake, Scotland, à vous Paris.

Anonyme a dit…

Allo Paris, je ne vous entend pas, mes lunettes sont cassées.

zizi

rocla a dit…

on dirait que l' écoute est brouillée ...

rocla a dit…

cigarettes, whisky et p'tites pépées c 'est Eddy Constantine , et Constantine est une ville importante de l' histoire méditerranéenne . Entourée par les fjords norvégiens au sud , par la baie de Tokyo à l' Ouest ses spécialités culinaires ont fait le tour du monde . Une des plus connues étant les oeufs d' esturgeon de l' estuaire façon pèche Melba . On venait de loin pour en raffoler , et le prince Albert de Corée du Nord n' est pas le dernier à venir quand son planning familial le lui permet . A signaler la rue principale le Thiergartenstrasse près du jardin zoologique montrant des exemplaires d' ânes du Poitou de toute beauté . Des spécimens rares de l' époque Russe pas glasnost genre tridinausauve qui peut tous aux abris . De l' autre côté de la rue des Bijouteries-Jewelleries avec les plus précieuses montres Suisses . Diamants incrustés de crustacées , pourpres , carmins turquoises et autres tons de bleu . Il fut aussi le partenaire de Dario Moréno dans le lac des cygnes d' Albert Tchaikowsky des Casse-noisettes le Eddy Constantine .

Philippe Renève a dit…

Ha comme vous dites bien Rocla; on est peu de chose.

Anonyme a dit…

Eddy c'est un enfant de Marseille. Nous l'avons adopté définitivement.

Anonyme a dit…

Je m'en vas voir les étoiles.

emile red a dit…

Eddy de Marseille ? M'aurait-on menti, j'ai toujours entendu parler d'Eddy de Nantes.

D'ailleurs Nantes, comme Bordeaux, est connue pour la traite des noirs et tout le monde sait comment parle l'Eddy, petit nègre...

Philippe Renève a dit…

Ouah, somptueux, Emile.

Tu es en passe d'inventer un nouveau genre littéraire: le jeu de mots à tiroirs...

Anonyme a dit…

Ne me contraries plus où je te la mets au carré.

Agatha

Marcel Thiriet a dit…

J'en apprends de belles!...
Comment peut-on être aussi passionné d'orchidées et aussi monstrueusement cruel (lol!), même si faute avouée est (presque) à moitié pardonnée?
Faut-il faire le parallèle avec certains bourreaux nazis pourtant amoureux de Mozart?
Qui pourra m'expliquer cette paradoxale cohabitation des contraires?
Une enfance sous la coupe d'un père sadique?
Au secours Freud!...

Marcel Thiriet a dit…

Je suis, moi aussi justement accusé des pires maux, sur un autre site, par une personne hautement avisée, qui a découvert les facettes les plus sombres de ma personnalité, que je m'étais efforcé de masquer pendant longtemps...
Un fin connaisseur de l'âme humaine et de ses turpitudes, un extralucide du mal sous ses formes les plus perverses,un voyant et un justicier des plus rigoureux, prototype le plus achevé de la perfection de l'espèce humaine, incarnation de la vertu la plus aboutie.
Grâce soit rendue à cet individu d'exception, dont l'Histoire conservera justement la mémoire!..

Philippe Renève a dit…

Exception est le mot juste.

Anonyme a dit…

L'exception qui confirme la règle... Celle de 3, bien entendu, que Chatel ne savait pas!

b x c / a = d

La division matée, ma tique s'enquiert : Mais qui est donc "d"?

b et c ont-ils d'ailleurs, la moindre valeur?