lundi 27 juin 2011

Une évaluation de l’impérialisme pois-chichien en France et en Europe

Depuis la plus haute Antiquité au bas mot, le funeste légume nommé pois chiche (Cicer arietinum) a été de l’homme un des principaux ennemis. Son nom dans notre belle langue française vient de sa dénomination latine cicer dérivée du grec ancien kickere des populations du nord de la Grèce. Cette racine se retrouve dans le vieux prussien keckers « pois », l'arménien sisern et aujourd’hui dans l’italien cece, dans l’allemand Kichererbse, dans le néerlandais kikkererwt  ou même dans le berbère ikiker. 

Au Moyen Âge, on attribuait au pois chiche diverses propriétés dont celles de provoquer des urines, favoriser les menstruations, relâcher la constipation et augmenter la puissance du coït. Malheureusement, on lui reprochait aussi de provoquer de la flatulence de même que des ulcères aux reins et à la vessie : « il boursoufle la chair du corps et y fait une opération pareille à celle qui fait levain en paste », écrivait-on à l'époque.

Levain en pâte : l’expression traduit bien le pouvoir méphitique de l’ignominieuse graine qui est maintenant, comme sait bien tout chrétien avisé, un des supports préférés de la propagande arabo-islamique. Celle-ci est en effet parvenue, on ne sait par quelles manœuvres hideuses, à imposer sur nos tables le plat barbare nommé couscous, dont la plupart des recettes comportent ce légume maléfique.

Un collectif de scientifiques de très haut niveau rassemblé dans la très célèbre ASFCI (American Society for Fighting against Chickpea Imperialism) a récemment, dans une magistrale étude non publiée dont nous avons pu prendre connaissance malgré une série d’obstacles dressés sur notre route lumineuse vers la vérité par les services secrets arabo-musulmans, montré de façon indiscutable les faits suivants.
95,6% des Américains et 96,8% des Européens connaissent le pois chiche et 82,1% (respectivement 87,9%) en consomment au moins une fois l’an. Parmi eux, 56,3 et 62,4% estiment ne plus pouvoir s’en passer dans le couscous : l’épouvantable addiction est avérée de façon éclatante.

Il est désormais parfaitement établi, et nul ne saurait en douter sauf à refuser toute vérité, que la propagation du pois chiche est depuis au moins trois siècles préméditée, initiée et organisée voire effectuée par les pays arabo-musulmans les plus pervers, c'est-à-dire la totalité d'entre eux, afin de miner par l'assiette la santé physique et mentale de nos populations laborieuses et craignant Dieu comme il est juste. Arabie Saoudite et Iran, bien que non arabe mais tout à fait persan, sont les chefs de file de cette ignoble entreprise dont les preuves sont connues de chacun : rien ne peut permettre de remettre en cause cette triste constatation pour un citoyen honnête et sensé, sinon une complicité manifeste et criminelle avec ces menées impérialistes.

Toutefois, la rumeur publique affirme depuis quelques années que de nombreuses personnes dont la bonne foi semble réelle (mais cela reste à vérifier) se demandent de quelle façon l'épouvantable légume parvient à pervertir le corps et l'âme des Européens de la si terrible manière que nous remarquons tous. Rappelons ou apprenons à ces malheureux innocents que le pois chiche est doté d'horrifiques pouvoirs carminatifs qui sapent peu à peu les fondements mêmes de nos esprits occidentaux en y glissant de façon subreptice les vents abominables du doute nauséabond et de la fétide attirance pour l'islam.

Au reste, la sagesse de nos belles nations européennes et chrétiennes connaît depuis des siècles la nocivité de ces funestes aliments. Rabelais écrivait déjà (Quart Livre, I,2)

« Si Panurge sçavoit que pois cice (sic) est poison du diable pour le boyau culier. »

Européens, Français, l'ennemi est dans nos assiettes. Luttons contre cet impérialisme atroce pour défendre la civilisation admirable qui a produit Michel-Ange, le jambon de Parme et le beaujolais nouveau.


──── o o OOO o o ────




N.B. Au nom de la science et en raison du caractère indiscutable des faits présentés dans le texte, tout commentaire semblant s’élever contre un ou plusieurs d’entre eux sera bien évidemment supprimé séance tenante et son auteur poursuivi en justice pour négationnisme, sans préjudice de sévères représailles du Saint-Siège.

22 commentaires:

rocla a dit…

Tout a fait intéressant comme développement . Pour aller dans le sens de l' auteur , sans pois chiche pas de police . L' invention du sifflet à roulette Pfrfrfrfrfrfrfriiriiiriiiriiiiriiiiriiiii suite à l' importation du pois chiche a donné lieu à de nombreuses applications . Au départ on cherchait comment matérialiser par l' image le cerveau du vulgum flicus , eh bien dans les épisodes des Brigades du Tigre , on voit accroché dans un des premiers commissariats un tableau peint par Delabannière ( frère de Delacroix ) représentant un pois chiche ancêtre du cerveau de l' habillé Zorro des villes avec palmes et tuba .

Le pois chiche a depuis fait florès jusques
les endroits les plus reculés de la gogolosphère mondiale .

Philippe Renève a dit…

Ah oui, merci Rocla pour ce capital point d'histoire.
Le pois chiche ne passera pas.

Anonyme a dit…

Connaissez-vous Her-Bak "Pois-chiche"d' Isha Schwaller de Lubiscz". En d'autres temps, d'autres lieux, j'avais participé à l'élaboration d'une liste de livres recommandables. Y était cité "Pois-chiche. Merveille d'initiation à l'adolescense et la vie en société.

Alors, oui, "Pois-chiche" passera, je me sacrifierai pour lui, s'il le faut, mais pas trop quand même.

Et puis comme disait mon grand-père de Bergame, il vaut mieux péter en compagnie que crever tout seul.

Ardèche

Philippe Renève a dit…

Je ne connaissais pas celui-là, non. On va le laisser passer...
Votre grand-père était très sociable !

Delendum cicer.

emile red a dit…

Monique,

Ton grand-père était l’hôte de Bergame ?

Chiche ?

Anonyme a dit…

Mon grand-père était Bergamasque et ma grand-mère piémontaise du côté de maman, de l'autre côté c'est plus rigolo.

En attendant que vous aimiez la "calentica" Afrique du Nord, ou la "Calde" niçoise, au pois-chiche, vous n'y échapperez pas.

Emile, l'hôte de Bergame, j'ai oublié.

En attendant, je vous laisse avec votre latin, celui-là aussi j'ai oublié.

Sans rancune....

rocla a dit…

Merci à votre grand-père Ardèche , l' évocation du mot Bergamasque m' a dirigé vers Debussy et ses suites du même nom dont le Clair de lune est le plus connu . Si la musique était poésie Debussy serait le poète .

emile red a dit…

Pfff !!!

Mon humour est ou abscons ou nullissime, chaleur et fatigue, sans doute :

Donc ton grand-père était à Bergame, hôte de la ville...

Cap'

Je soutiens tout à fait, Debussy est un maître d'émotion, trop méconnu et mal considéré par l'intelligentsia des prout-prouts.

Non par nationalisme mais certainement par proximité culturelle, je trouve les compositeurs Français, fin XIXème début XXème, scandaleusement marginalisés malgré leur immense créativité et leur incroyable modernité.

C'est dit...

Philippe Renève a dit…

Bonjour à tous

Oui, bien d'accord les amis: Debussy est le musicien le plus poète qui soit.
Un bémol – normal, en musique : Pelléas et Mélisande, que je ne supporte pas sans un ennui profond. L'exception qui confirme la règle...

Philippe Renève a dit…

De Bergame hôte.
Pfouuuuh je pataugeais aussi; quel hermétisme Emile !

Philippe Renève a dit…

Monique,
Sans être indiscret, qu'est-ce qui est rigolo du côté de votre père ?

Anonyme a dit…

Bonjour,

Du côté de mon père : très vieille souche provençale, métissée de pieds-noirs, qui sont arrivés en 62, bien entendu, nous demandant asile et aide financière, ce qui était normal. Pis, par magie, disparus dans la France profonde, sans plus aucune signe de vie. A tel point que je me retrouve avec quelques responsabilités familiales à résoudre. Mais impossible de les localiser. Pourtant, ils étaient nombreux. C'est ça que je trouve rigolo,
la reconnaissance.

rocla a dit…

Ardèche , votre histoire de famille pourrait être un bon sujet d' article ici .

Qu'est-ce que vous en pensez vous ?

Albert-Game Hôte .

rocla a dit…

Cet article ne serait pas complet si on ne citait pas le crypto-pois-chichisme .

En effet certains éléments non identifiés se font passer pour des espèces connues se déguisant en multiples avatars pseudo-pois pseudo-chiches laissant penser à des hybrides sur le coup . Il pourrait s' agir de sous-marins à la solde de mouvements révolu(caramba)tionnaires désirant attenter aux bonnes moeurs qui figurent sur l' étendard à côté de l' étendoir à linge et qui pincent secrêtement leur pseudo existence pour entrer dans la peau charnue et glabre du pois chiche , emblème du pois et du chiche .

N' est-ce pas ?

Philippe Renève a dit…

Merci Rocla: en effet, ces imitations subversives ne sauraient tromper nos vigilances attentives.

Delendum cicer.

Philippe Renève a dit…

Rocla, votre idée d'article est très bonne. Qu'en pensez-vous Monique ?

Anonyme a dit…

Bonjour à tous,

Je veux bien vous raonter l'histoire de mes deux italiens préférés, mais ...

Vu les problèmes de connection que je rencontre, si votre amabilité aimable voulez bien m'indiquer la marche à suivre pour vous l'adresser, je m'y mettrai la semaine prochaine.

J'attends vos conseils avisés, à viser pour réussir le tir à vue.

Ardèche

Philippe Renève a dit…

Bonjour Monique
Le mieux est que vous m'envoyiez votre texte sur phil.reneve@sfr.fr dans le mail ou en pièce jointe (fichier Word ou autre).

Anonyme a dit…

OK. Sitôt prête, j'envoie, et à la fin de l'envoi, je touche. Je touche combien au fait?

emile red a dit…

Elle est touchante, Monique.

Il faut dire que, surement, son domicile y contribue, il y avait l'art déco, l'art contemporain, l'art punk, elle a inventé l'art pauvre et minimaliste : l'art dèche...

Philippe Renève a dit…

Vous touchez juste, vous touchez du doigt, et vous gagnez.
A être connue.

Entendu, j'attends votre texte Monique !

Anonyme a dit…

Mais non Emile, pauvre et animaliste.