mardi 30 avril 2013

Avril dans le Var : une surprise


Quelques images des fleurs vues la semaine dernière.

Près du Luc, les Orchis papillon (Anacamptis papilionacea) sont en début de floraison.


Cliquer sur une image pour l'agrandir et afficher un diaporama


Dans la plaine des Maures, les Tulipes australes (Tulipa australis) sont encore dans leur splendeur, alors qu'elles sont habituellement sur le déclin à cette époque.



Parfois habitées... Pardon, on ne veut pas déranger !




Les Sérapias négligés (Serapias neglecta), orchidées méditerranéennes protégées, sont en plein épanouissement.




Dans de charmants paysages miniatures.















Et puis, une surprise : à Puget sur Argens, dans une lande à bruyères et à cistes, une vingtaine de ces belles inconnues, que je n'ai pu identifier.











J'ai diffusé ces images hier sur l'excellent forum Ophrys, consacré à l'orchidophilie et à la botanique, dans cet article et rapidement un membre (merci encore à Solféo) a identifié la plante comme Gladiolus longicollis, glaïeul originaire... d'Afrique du Sud.

Cette jolie découverte de plantes probablement rares en Europe console de n'avoir pas vu beaucoup d'orchidées locales avec le retard de floraison de ce printemps 2013.


Photos Philippe Renève


6 commentaires:

Up Ten iQ a dit…

Superbes. (Up)

Up Ten iQ a dit…

La deuxième est ma préférée.
La quatrième image (fleur) est étonnante.

L'avant dernière (image) est aussi ma préférée. (Up)

Anonyme a dit…

Beau tableau de chasse !

Jules B.

Philippe Renève a dit…

Merci Jules.

Up, le sérapias négligé, sans doute, vous étonne. C'est vrai qu'il y a dans ces plantes à la fois un côté mal fichu, désordonné, à la va-comme-je-te-pousse, et un côté fantomatique, énigmatique, « ET » des paysages où elles croissent. Photographiées près du sol, elles contrastent avec les petites plantes délicates et charmantes qui les entourent.
Cette espèce assez rare est protégée en France mais parfois abondante dans certains endroits, où on en trouve par dizaines.

Anonyme a dit…

Toufefois, chez les bons fleuristes, on trouve des orchidées tropicales d'une beauté à couper le souffle. On peut même les rapporter chez soi ce qui ne doit pas être le cas des vôtres...
En cultivez-vous chez vous ou ne recherchez-vous que la beauté sauvage in situ ?

Jules B.

Philippe Renève a dit…

Jules, non, je me limite à l'admiration des orchidées indigènes.
La culture est une tout autre discipline où l'intérêt est plus d'obtenir que d'observer ; je préfère le second. Retrouver des plantes au fil des années et découvrir une espèce rare que je n'ai jamais vue est un plaisir toujours délicieux.